close

lecture culture

Articles

Au cœur de la "black music"

The-history-and-development-of-soul-music

La musique figure au rang des  modes d’expression de la communauté noire que les blancs ont essayé de contrôler depuis l’importation des premiers esclaves, craignant qu’elle ne les incite à la révolte. Les esclaves se sont ainsi vu interdire toute pratique instrumentale. L’objectif était clair il s’agissait d’arriver à une véritable acculturation que de la communauté.

Ce procédé avait très peu de chances de fonctionner avec le flot continu de la traite jusqu’en 1859 qui leur permit de garder une forme de contact culturel avec leur continent d’origine et de maintenir une mémoire qui passe, bien entendu, par la musique.
Seules les worksongs, en ce qu’elles favorisent la rentabilité des travailleurs, étaient autorisées. Elles ne doivent alors ni être ni mélancoliques, ni nostalgiques. on le comprend aisément, la musique est l’un des nombreux terrains sur lequel se joue la domination d’une communauté sur une autre.
C’est milieu voire fin des années 1950 pour qu’émerge La musique soul, ou simplement soul, qui est dérivée, entre autres, du gospel et du rhythm and blues. Elle est considérée par certains comme un retour du ”rhythm and blues” aux racines dont il est issu : le gospel (musique d’église).
Par la tournure que prennent les événements dans le pays, le mouvement noir ne va pas tarder à changer d’orientation, et le pacifisme teinté de religiosité de Martin Luther King sera supplanté par le marxisme des Black Panthers. Au discours optimiste de la première partie des années 1960 – le mouvement pour les droits civiques est porteur d’espoir – succède l’impatience d’une communauté qui ne supporte plus d’attendre l’égalité des droits. L’assassinat de Malcom X, le 21 février 1965, ne fera qu’accentuer ce sentiment. Les partis qui apparaissent alors sont beaucoup plus radicaux : le Black Panther Party for Self-Defense, le Revolutionary Action Movement, qui prônent tous deux l’action directe, et tournent le dos à l’intégrationnisme militant du pasteur King.
C’est donc en toute logique que la transmission des messages par le procédé de la double ententene peut satisfaire le public comme les artistes. Tout comme l’afro-américain ne supporte plus sa non-existence en tant que citoyen, il ne souffre plus la clandestinité de son message. Bien plus, le mode d’action de la communauté noire est remis en question dans certaines chansons : Nina Simone prophétisera « Do things gradually, and bring more tragedy » (Agissez graduellement et vous provoquerez d’autres tragédies) dans Mississippi Gottham (1964). Le mode de communication issu de la pratique religieuse est remplacé par un discours à caractère politique. Ainsi Curtis Mayfield, après avoir chanté au sein des Impressions des titres dans la droite ligne du gospel, écrira des textes de plus en plus explicites : We’re A Winner (Nous sommes des battants, 1967), We’re Rolling On (Nous continuons de progresser, 1968), Move On Up(Continue de t’élever, 1968), People Get Up (Peuple, lève-toi, 1969).
 
bp
Le chanteur de soul prend alors une autre importance, il prend alors valeur d’exemple aux yeux de ses congénères. À tel point que c’est à James Brown que les maires de Boston et Washington font appel pour tenter de calmer les émeutes qui suivirent l’assassinat de Martin Luther King en avril 1968.  L’artiste ne se contente pas d’interpeller son public par des propos introducteurs, ses paroles n’ont pas seulement valeur d’exemple, elles sont également des messages directs d’un noir à un autre noir :

Get Up, Get Involved, Get Into It (Lève-toi, implique-toi, entre dans (le mouvement), James Brown, 1968) , Move On Up (The Impressions, 1968), Say It Loud, I’m Black And I’m Proud (J. Brown, 1968), Stand ! (Résiste !, Sly Stone, 1969).

De même, l’ambigüité quant à la personne – singulier ou pluriel – dans l’utilisation de l’impératif contribue à la création d’un esprit communautaire.

Mais surtout, la soul utilise la première personne du pluriel, mettant ainsi en avant l’idée de communauté :

We Are Rolling On (1968), 
We’re A Winner (1967), 
We got talent we can use (Nous avons des talents que nous pouvons utiliser, I Don’t Want Nobody To Give Me Nothing, J. Brown, 1969).

la music soul touche un public extrêmement important, tant par le canal des radios que par les performances scéniques, et c’est cette diffusion de masse qui donne son poids au message qu’elle véhicule. Si les textes de soul présentent ce que ressentent les noirs, ils les incitent également à penser autrement…….

À partir du début des années 1970, les références politiques sont affichées,

Apparaissent alors des formations comme les Last Poets, ou les Watts Prophets qui ne se destinent en aucune manière au divertissement. Leur but est de diffuser un discours politique, ce qui ne les empêche pas de remporter des succès commerciaux : le premier album des Last Poets s’est vendu à 300 000 exemplaires simplement par le bouche à oreille, atteignant ainsi la 40e place des charts américains. Leur poids dans le contexte politique n’est pas davantage à remettre en question, puisque le FBI place les Watts Prophets sur la Unamerican Activities Listpour 7 ans, restreignant ainsi leur sphère d’action, ceux-ci ne pouvant plus se produire en concert dans les universités.

La musique est désormais le médium privilégié de la communauté afro-américaine.

rebel-with-cause-Nina-Simone-2dp6wzd

Article tiré de https://journals.openedition.org/mots/9383

“La soul est avant tout la cuisine de l’âme,
une nourriture spirituelle (…).Une cuisine
dont les saveurs ont permis d’abolir
progressivement toutes les barrières
raciales pour les artistes noirs.”
Florent Mazzoleni, in “James Brown :
l’Amérique noire, la soul, le funk” (2005).

read more
Articles

Les livres ne meurent jamais!

livres

J’avais pensé jusqu’à ce samedi 20 octobre 2018 offrir tous mes livres parce qu’ils devenaient encombrants. Lol
Croyez moi j’en ai qui datent de mon primaire, mon premier exemplaire des fables de la Fontaine notamment.
Et puis j’ai découvert la Bibliothèque Cheick Paul Lamine où s’est tenue la conférence “jeunesse et engagement citoyen” dont j’étais panéliste.

Cette bibliothèque est la preuve que les livres subsistent aux hommes et qu’ils n’auront jamais plus de valeur que dans le coeur de leurs propriétaire.
Et j’ai compris ce que deviendront les miens plus tard.
En effet, l’histoire est celle là:
Mr Fadiga, lecteur infatigable a au cours de sa vie acquis les uns après les autres chacun de ses ouvrages. Ils sont peut être aujourd’hui plus de mille.
Sa femme nous dira qu’à chaque voyage les livres étaient d’abord transportés, puis venaient les affaires personnels😍.
Il lui a fait promettre d’ouvrir ce centre après sa mort. Il a lui même pensé et choisi tout le bois et les matériaux nécessaires à sa maison de la culture.
Mais comme Moïse il n’a pu voir la terre promise.
Et c’est grâce à la passion d’un homme que des jeunes aujourd’hui sont abreuvés à la bonne source.
J’y ai revu l’ouvrage qui m’a inspirée héroines il y’a a peu près 13 ans. Celui de Myriam Makeba.
J’ai compris que ce monsieur était quelqu’un de formidable et forcément d’un peu féministe.
(You know what i use to say… real men are…).
De mon père j’aimerais juste récupérer les siens.
La bibliothèque est situé à la sopim. J’espère y retourner et pourquoi pas avec ceux qui le voudront. Pour la mémoire de M. Cheick Paul mais surtout pour y nourrir notre âme de cette nourriture qui ne périra jamais.
La lecture😍.
Merci Maman fadiga pour tes bénédictions.
#CL

read more
ArticlesCulture généraleEcriture libreFéminismeSociete

Aaah KAMISSA!!!!!….

grossesse (1)

Quand souvent un évènement intattendu vient briser cette petite bulle de verre dans laquelle l’on est enfermé, les éclats ne manquent pas de nous atteindre en plein coeur comme la flèche de Cupidon.
A 15 ans, lorsqu’on est une petite fille modèle, l’amour fait rêver, il bouleverse les certitudes, nous fait vivre, frissonner. Mais souvent, à 15 ans on est pas vraiment prêt. Prêt à voir le monde comme il est, vil, compromis, lâche…
Qui doit alors nous y préparer? Nos parents , nos amis, ou nos éducateurs scolaires?
Le constat est le même.
A 15 ans, la famille préfère ne pas prendre le risque de lever le voile, les amis sont aussi désemparés que nous et les éducateurs scolaires ne sont pas préparés à cela. Alors on se retrouve seul, seul comme Kamissa.
.
kalou
Kamissa, c’est le mal de la jeunesse ivoirienne que l’on y décrit. La famille, première cellule et socle de la société qui ne peut plus jouer son rôle au point de s’appuyer sur une école bancale à souhait. L’éducation sexuelle qui reste encore trop taboue dans une société pourtant de plus en plus sexualisée. Des éducateurs qui en oublient leur serment pour assouvir leurs envies les plus basses.
Kamissa, c’est de la condition féminine dont il est question. Prostitution (voulue ou non), désir de paraître, grossesses précoces, stigmatisation, abandon et rejet familial, avortement, déscolarisation, harcèlement sexuel…
Kamissa, c’est l’Etat qui est pointé du doigt. Comment des Adolescents à peine nubiles peuvent-ils entrer dans des lieux de plaisir (nocturnes) réservés aux adultes? Sans que cela ne soit sanctionné mais pis encore toléré?
Kamissa, c’est le courage de dénoncer tout en réussissant à émouvoir.
Kamissa, c’est la voix qui est donnée à une jeunesse dont personne ne semble se soucier. Et qui pour toute solution trouvée se jette dans le vide
Kamissa, c’est le film que tout parent, grands frères, grandes soeurs, professeurs, décideurs, élus, bref… toute la société ivoirienne doit voir.
Kamissa, c’est le film qui m’a faite pleurer…
…par nostalgie, culpabilité, impuissance, révolte!!!!

read more
Articles

La Dame aux Échecs, un homme en réalité

dame

Les inconditionnel(le)s des jeux d’échecs connaissent le pouvoir de la dame (on ne dit pas reine) qui supplante celui du roi. Mais en savons nous réellement les raisons?
Elle est complètement mobile. Elle va où elle veut, dans huit directions, devant derrière à droite à gauche, et sur toutes les diagonales ; le roi aussi, mais lui seulement d’une seule case.
Pourquoi la dame a-t-elle cet avantage considérable, alors que le but du jeu est justement de mettre en échec le roi ?
Une question importante, car le jeu d’échecs a été inventé bien longtemps avant les conquêtes féministes pour l’égalité des sexes, donc à une époque où la primauté de l’homme sur la femme ne faisait pas discussion.
Le jeu est né il y a quelque 1500 ans en Inde. Il a transité par la Perse, les pays arabes, et est entré en Europe par l’Espagne.
Le pion que nous appelons la dame, était autrefois un homme. A perse et dans les pays arabes elle s’appelait “firz” ou “wazir” entendons par là vizir ou conseiller. Petit clin d’oeil à Iznogoud, le grand vizir qui veut prendre la place du calife.
Lorsque vint la reconsquista ou la reconquête, qui va s’étendre du haut du moyen-âge jusqu’à la chute de Grenade en 1492, les Rois Catholiques repoussent les musulmans de l’autre côté de la Méditerranée. ISABELLE la catholique règne alors sur l’Espagne. Elle fera changer les règles du jeu d’échecs. En demandant à ce que la dame ait davantage de pouvoir.
Elle peut désormais se déplacer à sa guise et dans toutes les directions.
Cette appellation féminine n’est pas universelle. La dame est toujours le vizir en Iran ou dans les pays arabes. Où personne n’ose dire la vizirette.


Site à visiter[article pris sur]
https://mobile.francetvinfo.fr/replay-radio/les-pourquoi/les-pourquoi-pourquoi-au-jeu-dechecs-cest-la-reine-la-plus-puissante-et-non-le-roi_2147665.html#xtref=https://fr.m.wikipedia.org/
read more
Articles

A la Barre (chap 2)

article_tribunal

La tête entre les mains, Marco Koffi n’en revenait toujours pas. Non cela n’était pas réel. Sa vie avait basculé en un clin d’oeil tout s’était écroulé, envolé, le sacrifice et le travail d’une vie. Tout… et pour les beaux yeux d’une aventurière de seconde zone. Mélissa ou la Barbie de la tv c’était elle et elle seule l’origine de sa décadence. Même morte elle arrivait à créér des problèmes. C’était tout elle ça.
Il était issu d’une fratrie de 5 enfants, né dans la précarité la plus absolue. La seule chose dont il avait hérité à l’instar de ses freres et soeurs était la grande beauté de sa mère, une quateronne qui avait decidé de suivre son grand amour contre l’avis de ses parents.Pfff l’amour l’évocation de ce mot le fit trésaillir visiblement. 
Marco n’était de ces premiers de la classe mais il était de ceux qui savaient se tirer d’une mauvaise passe. Il était malin et très beau parleur. Il avait ce charisme qui le démarquait de ses compères d’infortune. Ce sont ces qualités qui lui firent entrer dans la grande famille Tagba. Sa femme ou plutot sa future ex-femme Veronique était très laide, surtout pour quelqu’un comme lui. Mais il savait au premier regard qu’elle serait sa porte de sortie de cette vie. Et on lui avait appris tout le long de sa vie à faire des sacrifices. 
La CHANCE se présenta à lui dès son entrée à l’école de commerce. Il fut au centre des intérêts feminins et même masculins. Sa forte personnalité fit de lui le délégué de cette promotion. C’est à ce titre qu’il put entrer en contact avec elle. ( la personnalité dont il voulait le parrainage étant son père).En effet elle était très isolée et absente des rendez-vous scolaires. Il dut user de stratagèmes pour la conquérir et finit par y arriver.
A partir du jour où il entra dans sa vaste demeure  sa vie toute entière fut transformée et c’est naturellement qu’il l’épousa. Aujourd’hui ou plutôt avant tout ce tintamarre il se fit un nom et construisit son empire.
Beau, riche, en vogue il était courtisé par la gent féminine. Il collectionnait les aventures sans grand intérêt jusqu’à ce qu’il vit Melissa à la tv nationale. C’était son obsession, elle l’empêchait même de dormir. Il mit tout en oeuvre pour l’avoir et il l’obtint. Mais elle était très exigeante, un peu trop même sa dernière lubie à cette folle était de faire l’amour chez lui dans son lit habillée, des sous vêtements de sa femme. Il céda bien malheuresement.
Tout était parfait, sa femme et ses enfants étaient absents pour quelques jours. Alors pourquoi était elle revenue? Il eut juste le tps de lever la tête trop préocuppé à satisfaire sa poupee. Sa femme se tenait la une arme à la main tout est parti très vite elle jeta au dehos sa rivale presqu’à moitié nue. Et le rua de coups puis s’en alla. D’elle il ne reçut plus que les papiers du divorce quelques jours plus tard.
Il devenait fou sans sa Barbie. Un jour qu’ il se rendit chez elle, il l’aperçue avec un autre homme à faire la belle comme à son habitude. Il ne put s’ empecher de l’approcher lorsque son amant fut parti. Elle ne voulait pas lui parler il dût etre un peu violent ce soir là  et n’eut été les voisins il aurait commis l’irréparable. Marco sombra dans l’alcoolisme et répétait à qui voulait l’entendre qu’il tuerait cette dévergondée pour qui  il avait tout perdu jusqu’à ses enfants.
La nouvelle de sa mort il l’appris a la tv et sur le net comme tout le monde.   Cest ce qu’il ne cessait de répéter à la cour. Le seul bémol c’est qu’il n’avait pas d’alibi mais un mobile et des témoignages solides contre lui. Tout semblait l’accuser…
<<je suis innocent>> ne cessait il de se répeter tout bas… comme pour se convaincre

read more
Articles

Trainée oui miraculée surement

money4love

Dring dring… driiiing♫♫
Encore ce fichu telephone. Il est minuit pourtant. pffff si ça n’avait pas été le tout dernier sur le marché je l’aurais balancé par terre.
Ah tiens cest M.
M.était celle qui me mettait en relation avec mes clients.
Merde! Mais c’est que jai sommeil moi.
-Allo
-Allo habilles toi viens jai 2 hommes tres riches pour toi.
-combien?
-un peu plus que dhab. Ne les fais pas attendre et sois sexy… encore plus. Rue….xxx avenue xx
Vous l’avez devinez peut être, je ne vend rien d’autre que moi même. Une Prostituée mais chuut n’employez pas ce qualificatif il est bien trop laid.
Ooh je vous voies deja me juger 2 hommes en une nuit? Oui mes chers. 2 ou parfois 3 pour de l’argent et beaucoup d’argent.
Non, ne prenez pas cet air révulsé, surtout pas. Vous pensez que c’est facile peut-être? Il n ya rien de plus difficile que cela. Avoir un prix, être un objet. Donner son corps, être soumise. Et pourtant j’ai voulu avoir le choix. Mais, celà est la première chise que l’on m’a refusée.
Quartier misérable, famille pléthorique, pauvreté extrême… l’école? Non c’était pour nous. Qui prendrait 10 enfants en charge? Mendicité, vol à la tire, travail minable voila ce que la vie m’avait réservée. Très jeune j’ai été régulièrement abusée dans la rue par un groupe de jeunes aussi désabusés que moi.
C’est dans l’enfer du ghetto de la drogue et de la rue que je rencontrai M.
Belle et raffinée elle me prit sous son aile et fit de moi sa petite protégée. <<tu seras une grande dame>> m’a t-elle dit quand elle me recueillit.
Très vite, la crasse enlevée, ma grande beauté émergeait. Teint d’ébène yeux en amande, taille fine, bouche à faire damner un saint, poitrine affolante. J’étais la tentation même se plaisait elle à dire.
Elle m’initia avec d’autres filles aux rouages du métier et tres vite je pris mes marques. Voitures et vêtements de luxe grands hotels, voyages … voici ma nouvelle vie.
Alors jugez moi autant que vous le voulez, mais si c’était à refaire je le referai.
La vue des billets de banque m’enlèvent toute souillure. J’ai perdu mon innocence de la plus sordide des manières. Mes parents sont morts misérablement et la plupart de mes frères ont sombré dans la spirale drogue-prison. L’amour? Noon cest pas pour moi. Qui voudrait de moi?
Alors, quand vous dites prostitution je dis solution, trainée moi je préfère miraculée.
-Driiing driiiing ♪♫♫ ouuf c’est M. Fort heureusement je suis prête. Faut que j’y aille maintenant; j’ai des hommes à satisfaire.

read more
Articles

Si seulement….

Si-seulement-…


​Si seulement la vie nous preparait un peu à l’affronter, je pense que  nous aurions pris bonne note.
Si seulement on savait de quoi demain était fait nous ne serions pas tant exhubérants aujourd’hui.
Si seulement ceux qui nous aiment ne cessaient pas de le faire
Si seulement les amitiés  ne se brisaient pas, Les liens ne se rompaient pas….
Si seulement les hommes etaient éternels…

Si seulement tu étais resté
Mon coeur n’aurait pas eu si froid ce soir.

read more
Articles

Ce soir là😔

anneau de mariage quel doigt Elegant Mariage Blog bague mariage doigt

5 longues années qu’il était parti. 5 ans qu’elle lui avait survécu. Comment???? Dieu seul le sait.  Pourtant elle avait essayé la recette du “un de perdu dix de trouvés”.
Mais hélas, dans ces dix elle cherchait toujours ce un😳.
Et pourtant, ils avaient été là pour elle tous plus présents les uns que les autres. Certains lui auraient offert jusqu’à la lune d’autres même au delà. Oui ils étaient parfaits et peut être c’était ça le problême. Ils n’étaient pas lui.
Lui, C’était un grand enfant.
Elle ne put s’empêcher de sourire à cette pensée. Un adulte qui avait gardé son âme d’enfant. Ils avaient tout partagé leurs fous rires, leurs espoirs, leurs désirs inavoués, leurs rêves, avaient mêlé leurs destins. Ces deux personnes s’emboitaient parfaitement.
Une larme lui roulait sur la joue, elle n’eut pas la force de la chasser. A quoi bon il en viendrait une autre de toute façon.
Tout le lui rappelait, ses expressions, sa musique, ses draps, sa collection de films. C’était un fantome persistant. Tout le monde s’étonnait du fait qu’une femme comme elle puisse etre encore seule. Mais elle seule savait que son son coeur était pris. Elle se rappelait comment au fil du temps la tristesse de son départ a fait place peu a peu a la colere puis à la rancoeur pour enfin se muer en indifférence envers l’amour. Elle était devenue une personne de glace la reine meme. Froide, impénétrable, sarcastique… il en fallait du cran pour la cotoyer. Pourtant derriere ce masque trop lourd qu’elle aborrait, se cachait la petite fille triste qu’elle était  vraiment qui chaque soir prenait le pas sur la dame de fer en pleurant tout bas.
Aujourd’hui était son anniversaire à lui. Elle aurait tellement voulu lui dire ce qu”elle gardait en elle. A defaut, elle écoutait encore cette chanson “je te pardonne” de Maitre Gims.
Elle ne fut pas au deuxième couplet qu’on sonna à la porte. À 2heure du matin? Mais elle n’attendait personne. Et voila que la personne insistait.
En voila des manières se dit elle intérieurement. Qui ne prévient personne et qui sonne avec autant d’impatience? J’espère qu’il n’ya rien qui soit arrivé de grave.
j’arrive, j’arrive  un instant!!!
Pour un tremblement de terre ou meme pour la fin du monde elle serait moins surprise et plus préparée que ce qu’elle decouvrit en ouvrant la porte de son appart.
C’était lui !! Il était comme dans ses souvenirs. Pourquoi il était venu? L’aimait-il toujours? Son coeur allai s’échapper de sa poitrine.
Bonsoir , désolé de te déranger si tard… si tu veux bien me laisser entrer on doit parler.
Quelque chose accrocha son regard  presque malgré elle. La beauté de l’anneau qu’il portait.

read more
Articles

Une bouteille à la mer

1032812243

Chaque matin depuis semaines que je suis ici,  je la vois aller s’asseoir pendant une heure ou deux. Moi c’est normal d’y être tous les jours, je suis venu dans ce bourg pour profiter de l’étendue bleue. Mais elle?

Au début elle ne m’intéressait pas plus que ça. une vielle dame …

Et puis, elle venait à la même heure, était d’une ponctualité déconcertante, restait assise à même le sable. Son foulard soigneusement noué, le regard perdu dans le vide, c’était un rituel ma foi.

Impressionné par cette femme, plus rien ne me préoccupait que de savoir ce à quoi elle songeait. Je me mis donc à lui adresser des salutations furtives dans la langue locale, histoire de me familiariser à elle. Elle y répondait distraitement puis reportait son attention sur le Grand Bleu.

Maman, dis-je un jour tu dois vraiment aimer l’eau pour y être tout le temps, moi en France ça me manque.  

J’avais dit ce qu’il fallait on dirait, enfin de l’intérêt de sa part.

Mon fils tu connais la ”France”?

Bien sur maman j’y vis

Je lui expliquais alors comment était paris, ses rues, l’hiver le froid, l’Été, les gens, la nourriture.

Les yeux pétillants, elle me dit que ses fils avaient pris la Mer pour la France. Ils avaient beaucoup travaillé et économisé et un matin très tôt  ils étaient allés avec des amis du quartier. Il y avait ce passeur qui les attendait pour la traversée. Elle a beaucoup pleuré pour les en empêcher, mais ils lui ont affirmé qu’une fois là-bas sa vie serait meilleure. Drissa n’avait-il pas envoyé de l’argent à la tante Astou pour la construction de leur maison? et Bintou n’était-elle pas devenue une grande dame là-bas chez les blancs? Ils avaient tous pris la mer et aujourd’hui leurs parents en étaient fiers.

Mais depuis deux mois qu’ils sont partis elle n’avait pas reçu de leurs nouvelles. Ses enfants lui manquaient et chaque matin, elle venait prier ici et leur parler. Ses  pieuses pensées étaient une bouteille à la mer, dont elle attendait le retour indéfiniment

Des frissons me parcoururent, je voyais chaque jour sur les réseaux sociaux comment la mer avalaient les enfants de l’Afrique. Moi qui était en France je voyais comment ils étaient traités, malmenés et humiliés. Que de risques encourus pour atteindre l’Eldorado.  Des embarcations de fortune, le périple de l’eau salée puis celui du désert. La désillusion du pays en était la cause. Il fallait vraiment manquer d’espoir ou être nourri de fausses illusions pour prendre de tels risques. L’Afrique perd ses enfants parcequ’elle n’a plus rien à leur offrir. J’en étais la preuve n’étais-je pas allé pour des études et n’avais-je pas refusé de rentrer??

Les garçons de cette dame étaient surement morts noyés ou avaient péri dans le désert de milles souffrances.

Mais je ne pouvais éteindre cette lueur d’espoir dans ses yeux, je sentais que c’est ce qui la maintenait encore en vie.

oui maman ils reviendront. Dis-je tout doucement

je sais mon fils… 

Puis nous restâmes là à fixer le grand Océan, moi imaginant ce qu’ont pu vivre ses deux hommes et elles espérant de tout cœur recevoir de leurs nouvelles. Peut-être au travers d’une bouteille lancée à la mer.

read more