close

Carelle Laetitia

ArticlesDroitFéminisme

Les abidjanaises en danger?L’ONG CPDEFM dévoile l’inquiétante réalité des violences faites aux femmes à Abidjan.

vilence-780×450

Plus que jamais, les violences faites aux femmes cristallisent l’attention, et deviennent un véritable enjeu de politique publique en Côte d’Ivoire. Malheureusement, si les voix se délient l’un des plus grands enjeux est la production de données ouvertes qui pourraient documenter ce phénomène. De ce fait, l’Organisation des Citoyennes pour la Promotion et Défense des Droits des Enfants, Femmes et Minorités (CPDEFM) créée par Madame Sylvia APATA, juriste, experte en Droits Humains, Consultante en Droits des Femmes; dans son optique de protection des plus vulnérables a produit le Rapport sur les Violences faites aux Femmes et aux Filles (VFF) dans le District d’Abidjan en période de pré et de quotidienneté Covid19, Abidjan, en Juin 2021, dont les résultats ont été présentés ce Mardi 15 Juin 2021 devant la presse internationale, nationale, les décideurs et les partenaires au développement .

Pourquoi une telle enquête?

Il s’agissait pour CPDEFM de parvenir à quantifier le taux de victimes de VFF (Féminicide, viol, pédocriminalité, mariages forcés, excision) dans les six (6) Communes cibles ; d’évaluer les violences que subissent les femmes et les filles en période de confinement et de quotidienneté COVID-19, afin d’interpeller l’opinion nationale et internationale sur l’ampleur des violences faites aux femmes et aux filles en Côte d’Ivoire notamment à Abidjan. Dans cette démarche, les données collectées viseront à contribuer à la prise de conscience des populations abidjanaises vis-à-vis des
conséquences des violences sur les victimes. C’est aussi une démarche politique qui a à terme de susciter des actions concrètes de l’Etat ivoirien en vue de leur réduction voire éradication.

Analyse du contexte spatio temporel et de l’échantillonage retenu

Ledit rapport a pris en compte six (6) communes du District d’Abidjan
(Communes les plus populaires) que sont : Abobo, Anyama, Attécoubé, Koumassi, Treichville et Yopougon, à propos du phénomène des violences faites aux femmes et aux filles en l’occurrence l’excision, le mariage forcé, le viol, la pédocriminalité et le féminicide.

Les enquêteurs et enquêtrices ont interrogé cinq mille cinq cent cinquante-six (5556 personnes) parmi lesquels figuraient des jeunes, des adultes et des personnes du troisième âge, choisis au sein de toutes les couches socio culturelles et vivant différentes types de situation matrimoniales. dont la moyenne d’âge de l’échantillon varie de 14 à 60 ans. Au total figuraient trois mille quatre cent quatorze (3414) femmes et environ deux-mille
cent quarante-deux (2142)
.

Tous les sexes, couches socio-professionnelles et niveaux d’instruction ont ainsi été pris en compte dans la mise en œuvre de cette étude. Les violences dont il est question ont été évaluées en période pré Covid-19, en période de confinement et de quotidienneté Covid-19. En effet, si l’on ne décrit les effets que sanitaires et économiques de la pandémie il est indéniable qu’elle a exposé encore plus les victimes de violences. La quantité significative et la diversité de la population cible permet de collecter des avis objectifs et variés et de réduire les marges d’erreur.

Quelques résultats obtenus en matière des VFF analysées:

Sur les 6 communes concernées, Anyama, Treichville et Attécoubé sont celles enregistrent respectivement 1322, 776 et 749 cas. 1290 cas de mariages d’enfants (filles âgées de moins de 18 ans) ont été recensés avec un pic en période de confinement environ 430 cas signalés. Concernant le viol (commis sur des femmes), ce sont 1 121 cas enregistrés (2019-2020).
Les féminicides sont par ailleurs une réalité à Abidjan. Cette enquête réalisée auprès des populations abidjanaises révèle que 416 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou partenaire intime au cours de ces deux dernières années. La Commune d’Abobo est la zone où il est enregistré le plus grand nombre de cas (125).

La Commune d’Abobo est la zone où il est enregistré le plus grand nombre de cas (125).

Rapport sur les Violences faites aux Femmes et aux Filles (VFF) dans le District d’Abidjan en période de pré et de quotidienneté Covid19, Abidjan, Juin 2021.

Interprétation- les VFF une réalité inquiétante en Côte d’Ivoire.

Les enfants particulièrement les filles sont plus exposées aux violences que les femmes : le mariage forcé est la violence la plus répandue de toutes les VFF documentées (29,66%) dans les 6 localités cibles. Les femmes sont majoritairement victimes de viol (25,77% des VFF signalées par
les populations).

L’excision et la pédocriminalité (pédophilie) touchent respectivement 19,03% et 15,98% des enfants (majoritairement les filles) dans ces 6 localités.

Le féminicide -meurtre d’une femme, d’une fille en raison de son sexe- est une réalité à Abidjan, avec un taux alarmant de 9,56% durant les années 2019 et 2020. Les Communes d’Anyama, Treichville et Attécoubé sont les zones des plus rouges en matière de VFF à Abidjan : Anyama (30,39%), Treichville (17,84%) et Attécoubé (17,22%).

Face à la récurrence des violences qu’elles subissent, les femmes d’Abobo y sont résignées. Elles sont pour la plupart dans le déni et se taisent (Seulement 11,08% admettent avoir été témoins de VFF). Toutefois, les résultats sur les féminicides la classant en tête de liste (125 cas soit 30,05%) permettent de la considérer comme zone rouge au même titre que Anyama, Treichville et Attécoubé.

La période de confinement ou de restrictions due au COVID-19 a exposée les femmes et les filles à plus de violences notamment les mariages forcés et viols signalés à une proportion plus élevé qu’en période pré-confinement et pré-Covid-19 (environ 30% des violences sexuelles constatées). Le confinement dû à la crise sanitaire a de ce fait amplifié les VFF à Abidjan.Face à la récurrence des violences qu’elles subissent, les femmes d’Abobo y sont résignées. Elles sont pour la plupart dans le déni et se taisent (Seulement 11,08% admettent avoir été témoins de VFF). Toutefois, les résultats sur les féminicides la classant en tête de liste (125 cas soit 30,05%) permettent de la considérer comme zone rouge au même titre que Anyama, Treichville et Attécoubé. La période de confinement ou de restrictions due au COVID-19 a exposée les femmes et les filles à plus de violences notamment les mariages forcés et viols signalés à une proportion plus élevé qu’en période pré-confinement et pré-Covid-19 (environ 30% des violences sexuelles constatées). Le confinement dû à la crise sanitaire a de ce fait amplifié les VFF à Abidjan.

Source : Rapport sur les Violences faites aux Femmes et aux Filles (VFF) dans le District d’Abidjan en période de pré et de quotidienneté Covid19, Abidjan, en Juin 2021

En définitive nous ne pouvons que remercier l’ONG CPDEFM qui contribue significativement à lutter contre toutes les formes de violences faites aux franges les plus vulnérables. Ce rapport gagnerait à être lu, partagé et surtout analysé comme un document indicatif sur les prochaines décisions à prendre en la matière. Car oui, il présente aussi des recommandations à toutes les parties prenantes à ce combat.

Sylvia Apata Membre fondatrice CPDEFM et coordonnatrice du Rapport sur les Violences faites aux Femmes et aux Filles (VFF) dans le District d’Abidjan en période de pré et de quotidienneté Covid19, Abidjan, Juin 2021

Lien de téléchargement du rapport:

http://cpdefmci.e-monsite.com/medias/files/rapport-de-l-enquete-sur-les-vff-a-abidjan-2021-cpdefm-1.pdf

read more
Ecriture libreFéminisme

Maintenant tu es une femme!

50762362_6

(c) Picture AP Photo/S.Alamba; DW

Je ne sais pas ce que je fais dans cette maison avec toutes ces femmes qui m’auscultent, me surveillent, m’apprêtent depuis des jours. Parmi elles ma mère, je la sens heureuse, heureuse pour moi, dit-elle. Heureuse de me voir honorée, pas comme cette Maimouna ma cousine qui court les hommes. Moi aussi j’ai envie de partager sa joie, de la ressentir, mais je n’y arrive pas.

Il y a encore un mois je n’étais encore qu’une enfant, sautillant insouciante dans les ruelles de mon quartier. Mon seul souci était de terminer les devoirs de maison et de papoter avec ma meilleure amie sur le chemin du lycée. J’aimais ça l’école, j’ai été fascinée par ma maitresse du préscolaire, tellement intelligente que je voulais lui ressembler. Pour cela j’ai travaillé dur et je suis arrivée au collège avec de très bons résultats. Je pensais que tout allait continuer ainsi, mais un jour j’ai découvert ce sang dans mon lit, effrayée, j’ai crié. Maman est venue et m’a dit calmement maintenant tu es une femme. Une femme ? Mais j’étais quoi avant ? A partir de ce jour tout est allé trop vite. J’ai vu des personnes se succéder à la maison, on m’a dit avec fierté ils viennent pour toi. Puis papa et Oncle m’ont fait assoir pour me parler, maman se tenait un peu plus loin, je sentais un peu de crainte dans son regard fuyant. Il y avait de la cola et de l’argent, beaucoup d’argent. “C’est ta dot” m’ont-ils dit. Depuis ta naissance tu as été promise à ton cousin en France, maintenant que tu es une femme il viendra te prendre pour épouse.

Maintenant j’étais une femme! Cette phrase énigmatique prenait son sens, et ce mot résonnait lourd et révoltant. Non je ne suis pas une femme! Je suis Salimata et je ne veux pas être l’épouse de mon cousin en France et je ne veux pas de votre dot. J’ai voulu le crier fort et m’enfuir, mais je suis restée pétrifiée apeurée, seule, meurtrie, trahie… je venais d’être mariée. Personne ne s’opposait jamais ni à Baba ni à Oncle. Et ce n’est pas moi à 14 ans qui allait le faire. D’ailleurs mon père était aux anges, mes sœurs ne lui ont pas rapporté aussi gros disait-il à qui peut l’entendre. Il comptait prendre sa troisième épouse grâce à cet argent. J’ai essayé de dire à maman ce que je ressentais, elle a d’abord commencé à me battre en disant que je voulais son déshonneur, puis s’est mise à pleurer et à me supplier. Pense à moi, à tes frères et sœurs. Que dira ma coépouse ? Ma belle-famille ? Ton papa n’acceptera jamais de nous garder ici, on finira dans la rue. Elle aussi était une femme, aussi condamnée et malheureuse que moi. Je n’ai pas pu la detester, elle m’inspirait plus de la pitié qu’autre chose. Sur elle aussi un jour le piège s’était refermé.

Voilà comment une semaine plus tard, le henné est apparu sur les mains et mes pieds comme sil matérialisait les lignes de ma vie et de mon destin tout tracé. Je ne voyais plus mes amis de classe. Ceux et celles qui se hasardaient à me chercher subissaient les injures de mes tantes. Quelque part dans ma tête je pensais à mon institutrice, à mes rêves à ma vie, celle qu’on m’avait prise. Je devais rester chez ma belle-famille, le temps que les procédures administratives pour mon voyage prennent fin. Et comme j’étais très jeune, cela risquait de prendre au moins deux années. C’est ce qu’avait dit Oncle, selon lui les « les blancs ne comprennent rien à nos traditions et vont essayer de gâter le mariage s’ils savaient ».

Dans la chambre de préparation du mariage on m’a dit :

– « Tu vas finir par l’aimer ton époux et si tu ne l’aimes pas tant pis mais reste soumise et docile ».

– « Ne dis jamais plus qu’il ne t’en demande ».

– « Accepte tout et même les coups, car s’il t’en donne c’est que tu n’aurais pas fait été une épouse correcte ».

« Rends fière ta famille en lui faisant des enfants beaux et forts ».

Oui, à peine entrée dans l’adolescence, je devais penser à être mère. Une boule me serrait la gorge ce matin de décembre. La moiteur de mes mains n’était pas due à l’humidité du climat. Mais à cette nuit de noces qui approchait. J’étouffais sous ces apparats, ce maquillage, ce voile.

Puis d’un coup j’entendis au loin la griotte entamer un chant, et la foule qui s’extasiait avec elle.

« Ton mari est arrivé, c’est le moment de partir », m’a dit ma cousine…

En Afrique de l’Ouest, deux filles sur cinq sont mariées avant
18 ans, et environ une adolescente (10-19 ans) sur cinq a déjà donné
naissance
.

Au rythme de réduction actuel, l’Afrique de l’Ouest et du Centre mettra plus de 100 ans pour mettre fin au mariage des enfants. Cette région compte six des 10 pays où la prévalence du mariage des enfants est la plus élevée au monde.

Ce texte est dédié à toutes ce petites filles, à qui l’on arrache leurs vies… au nom du fait qu’elles soient des femmes.
.

read more
Féminisme

Le 8 Mars, ‘‘ la fête du pagne’’.

Pagne-Jif-2021

Le 8 Mars, cette journée ne semble plus à présenter car elle fait du mois de Mars, le mois, symbole des luttes féminines. Cependant, l’on dénote une certaine incompréhension de ce jour spécial qui a pris une tournure de fête. Ce qui de ce fait nous fait comprendre que l’on ne le rappellera jamais assez que loin d’être une fête, le 8 Mars est la journée internationale des droits de la femme…

Dans plusieurs pays africains, une nouvelle tendance est née depuis quelques décennies à l’approche de cette journée. La confection de pagne pour célébrer, je ne sais vraiment quoi. Ainsi, le 8 Mars, est devenu ‘‘la fête du pagne’’. Si les raisons de ces confections et distributions ( non gratuites) de pagnes sont louables, l’utilité de ceux-ci pose un problème. En effet, en prenant le cas de Côte d’Ivoire, le budget adjugé à cette simple journée serait de 160 millions de nos francs. Ce qui est un montant faramineux, surtout quand l’on regarde les conditions inchangées des femmes. Ces dépenses semblent être une insulte à la souffrance de celles-ci dans la mesure où l’on fait fi des problèmes prioritaires pour ne se concentrer que sur des « futilités ». les organisations, sur ce fait, ne se font pas prier et donnent de la voix.

(c) https://cotedivoirenews.info/journee-internationale-de-la-femme-en-cote-divoire-la-ministre-ly-ramata-a-presente-le-pagne-officiel/

Pourquoi se focaliser sur la confection et distribution de pagnes lorsque les conditions des femmes en ce qui concerne les violences basées sur le genre, leur autonomisation et toutes autres problèmes ne sont pas assez prises à bras le corps. Ce laxisme rayonnant des instituions qui parfois exaspère plus d’un.es. C’est bien beau de penser à faire des pagnes mais dans la pratique quelle valeur, cela apporte à ce jour ?

Cette journée nous rappelle entre autres qu’il y a beaucoup de travail à faire pour améliorer les conditions de vie de ces dernières. Alors, non ! le 8 mars n’est pas une fête dans laquelle l’on peut balancer des pagnes aux visages des femmes avec condescendance, c’est un jour où il faut repenser leurs droits. Faire le bilan des avancées et des régressions de leurs droits. Par conséquent, chanter ses louanges toute une journée pour que le lendemain, elle se retrouve encore dans le même bourbier, ne sert vraiment à rien et entre dans le cadre d’une certaine démagogie.

Pagne 8 Mars Burkina Faso (C)

Et pourtant, le pagne en tant qu’élément culturel inscrit dans notre patrimoine pourrait être un levier pour accélérer le travail de promotion des droits des femmes et de leur autonomisation. En effet, au regard de l’attachement que les femmes africaines et ivoiriennes lui portent , le ministère pourrait utiliser celui-ci comme un outil efficace. Comment me direz-vous ?

Déjà en associant les organisations de la société civile et les mouvements citoyens de défense des Droits des femmes à sa conception. L’objectif étant de travailler sur son impact visuel et stratégique. A terme, faciliter son appropriation par ces groupes qui à n’en point douter ont témoigné d’une influence populaire. Par ailleurs le pagne, à cause du fait qu’il bénéficie certainement d’un budget national doit pouvoir servir à sa vente aux femmes car c’est la cible ultime de ces dépenses. On pourra par exemple lancer un appel à projets dans les localités et les mettre en œuvre ,chaque année, les plus pertinents grâce à l’argent collecté. Au bout d’une décennie, l’on aurait véritablement fait avancer la condition féminine par un bout de tissu. Ce serait l’occasion de faire des foires culturelles où se mêleraient sensibilisation et dénonciation. Des jours entiers pendant lesquelles les femmes et les filles auront des réponses sur leurs droits. Nous croyons alors que personne ne mettrait en cause son utilité, ni ne boycotterait le pagne. Encore malheureusement, aucun compte n’est fait ni sur l’argent de la confection, ni sur celui de la vente. Mais, c’est un secret de polichinelle qu’année après année « le symbole de la fête des femmes » engraine des fonds qui ne font l’objet d’aucun audit. Et cela en surfant sur l’ignorance des femmes. 

Si l’on veut que la condition féminine change, il faut que celleux qui président aux destinées de notre nation en ait l’envie et s’en donnent les moyens. Il est encore incompréhensible qu’il y ait plus d’engouement sur le pagne que sur les droits eux même. Les femmes, ont plus que besoin de réponses. Une utilisation bien pensée du pagne peut donner une nouvelle envergure à cette journée. Si les critiques contre le pagne sont moultes, ce n’est pas anodin mais dénote plus d’un ras-le-bol. Il faut plus que jamais que les institutions changent leur vision de cette journée et que leurs actions soient plus efficientes pour apaiser les rancœurs. Arborer fièrement le pagne comme si la vie de ces femmes en dépendait est chose lassante, lorsque l’on voit les régressions de leurs droits sous nos tropiques. La portée de cette journée n’a vraiment pas été cernée par les autorités publiques et il faut y remédier au plus vite. Le 8 mars n’est définitivement pas la fête du pagne.

Par Manu Kahoyomo et Carelle Laetitia

read more
FéminismeHéroïnes du présent

Trois jeunes femmes révolutionnent l’orientation professionnelle en Côte d’Ivoire

pick

L’une des plus grandes chimères pour le jeune diplômé aujourd’hui est à n’en point douter d’entrer dans la vie active de façon sereine. En effet, plus que les études elle-mêmes, la recherche d’emploi est devenue un véritable chemin de croix qui souvent finit par décourager les jeunes et conduire à des reconversions professionnelles assez inattendues. Fortes de ce constat, trois jeunes femmes ont décidé de travailler à proposer une solution qui répond à ce besoin. De leur collaboration est né PICK TON JOB, qui signifie choisis ton emploi en français. Qui sont elles et que proposent elles concrètement? Interview avec celles qui aujourd’hui qui nous présentent leur initiative. Une solution concrète qui aide les jeunes dans leur orientation professionnelle.

Linda, Lau et Alex, ou 3 héroïnes au service de leur communauté

1- Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs?

Linda – Je suis Linda Alla, ivoirienne vivant à Houston, Texas. Au cours de l’année 2019,J’ai obtenu mon diplôme de Bachelor en comptabilité à l’University of North Texas. Depuis un an, j’occupe un poste de comptable dans une compagnie aux USA.

Lau – Laurelle Touré, étudiante en Master 2 économie et finance, je vis à Lyon.

Alex – Je suis Alexandra Koffi, diplômée en communication marketing & événementiel et je réside en France. J’observais très attentivement le système éducatif ivoirien, ce que je continue d’ailleurs. Je me suis rendue compte d’un manque d’information et d’orientation des  jeunes après l’obtention du baccalauréat. J’ai aussi remarqué une complaisance quant à la filière (souvent saturée car tous y vont) choisie car préconisée par un membre de la famille. Passionnée par la communication et la publicité, je me suis énormément documentée et j’ai eu la possibilité de choisir ce que je voulais faire.

2-Pourquoi vous êtes-vous lancées dans ce projet? Quelle a été votre motivation?

Linda: L’idée de créer la plateforme Pick Ton Job découle du fait que j’ai eu un parcours universitaire assez particulier. Ayant obtenu un Baccalauréat – série littéraire, je me suis directement tournée vers le droit. J’ai passé mes deux premières années de Licence à l’Université Catholique d’Afrique de l’Ouest avant de m’envoler pour les USA ou j’ai eu la chance d’avoir des conseillers pour me guider et m’expliquer la particularité de chaque filière qui s’offrait à moi. J’ai aussi été en contact avec des professionnels qui ont partagé leurs expériences du monde du travail. J’ai décidé de changer complètement de filière et de me réorienter vers la comptabilité. J’en suis ressortie avec un diplôme en poche.

Lau: Ma participation à l’idée vient du fait que j’ai perdu assez de temps avant de trouver ma voie parce que je n’étais pas assez informée sur les formations et débouchés de l’enseignement supérieur.

Alex: Ayant toujours ressenti ce besoin d’impacter positivement la société mais surtout les jeunes, il était temps de mettre en place cette initiative, Pick Ton Job est donc né dès cet instant !

PICK TON JOB, qu’est-ce que c’est?

3- Qu’est-ce exactement Pick ton Job? Et que proposez-vous à votre communauté?

C’est une plateforme ivoirienne d’orientation et de mise en relation entre professionnel.les, lycéen.nes et étudiant.es. Le but de Pick Ton Job est de:

  • révolutionner l’orientation professionnelle des jeunes ivoiriens;
  • combattre la désillusion dont fait face la majorité des élèves à la sortie du lycée et à la fin des études universitaire
  • faire découvrir d’autres secteurs de métiers souvent méconnus

4- Comment ça marche?

Au travers de cette plateforme, les élèves et étudiants ont la possibilité de rencontrer un professionnel (physiquement ou virtuellement) en prenant gratuitement rendez-vous sur le site www.picktonjob.com. Aujourd’hui, nous voulons faire connaître la plateforme afin qu’elle devienne un véritable outil d’orientation et de référence pour les jeunes en Côte d’Ivoire. Nous invitons donc les élèves et étudiants à nous suivre sur nos différents médias sociaux. L’équipe de Pick Ton Job sollicite également l’aide de professionnels qui souhaitent une amélioration du système éducatif ivoirien à participer à ce projet innovant en donnant de leur temps.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Sans-titre.png.

Facebook: https://www.facebook.com/picktonjobci/

Instagram: https://www.instagram.com/picktonjob/

LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/pick-ton-job/

Alors qu’attendez vous? Votre futur emploi vous attend. On aime et on partage pour donner plus de chance à tout le monde. En plus de nombreuses astuces vous y attendent. Nous ne pouvons que féliciter les conceptrices.

read more
Ecriture libre

Tu es encore en train de pleurer

Noir et blanc Portrait de femme Couvrant son visage Excuses Citations

Tu es encore en train de pleurer…. Pour cette enfance qu’on t’a volé.e. Pour cette relation qui vient de voler en éclat et pour laquelle tu t’es désespérément battu.e. Pour cet emploi que tu peines à trouver. Pour cette famille dans laquelle tu n’as jamais trouvé de place. Pour cet enfant qui n’es pas resté, pour, pour, pour….

Tu es encore en train de pleurer…. Parce que tu ne sais pas quoi faire sinon. Parce que tes mots se brisent face aux murs du jugement et des reproches. Parce que ton impuissance te pointe du doigt si durement. Parce que plus que ta chair ses coups ont lacéré ton âme. Parce que tu as tout essayé de toute façon. Parce que les bras de tes amant.es n’ont jamais su que t’apporter un réconfort factice….

Tu es encore en train de pleurer sous la douche. Dans tes draps. Une fois que tu franchis le pas de ta porte. Dès que tu peux enlever le masque hideux du sourire, et la magie couvrante du fond de teint. Quand enfin tu te retrouves face à Toi et qu’aucun échappatoire n’est possible, Et que de toute façon tu ne peux plus rien garder enfoui…

Tu es encore en train de pleurer tout doucement, et tes larmes restent la seule chose qui te rappellent que tu es encore en vie. Plus encore que cette sensation de douleur qui te transperce.

J’aimerais te dire de te relever, d’essuyer tes larmes, que cette personne qui est partie ne te mérite pas. Ce serait plus facile de te dire d’être fort.e et que tu pourras essayer de procréer encore. Ce serait simple de te reprocher de gâcher ton si joli visage en y creusant des sillons qui l’abiment lentement. J’aimerais te dire de rire et que tout finira par s’arranger. J’aimerais te dire combien tu es chanceux de vivre.

Mais je te dirai juste de continuer à pleurer, parce que tu en as le droit. Que retenir tes larmes te fera encore plus de mal. Je sais combien c’est rassurant de se laisser enfin aller, combien doux et merveilleux peut être l’écho de la mélancolie. Je sais. Non, tu n’as pas besoin d’être fort.e. Non, la vie n’est pas toujours un cadeau. Oui, tout ce que tu ressens est réel. Alors, si tu es encore en train de pleurer, prends ton temps et continue jusqu’à satiété.

Et seulement après essaie de te pardonner, pour toutes ces choses que tu te reproches. Je ne te demanderai jamais d’être fort.e, mais seulement d’être indulgent.e avec la seule personne qui sera toujours là pour toi, Toi.

Carelle Laetitia

read more
Articles

Et de deux pour la série MTV Shuga Babi

SAISON 2 MTV Shuga

Et c’est reparti pour de nouvelles aventures avec nos héros made in Babi. Vous l’avez compris, la série MTV Shuga Babi signe son grand retour avec des intrigues encore plus palpitantes.

Il y a quelques semaines nous vous dévoilions les nouveaux visages de cette saison notamment Delvis Prestige KUE, Caleb Guillaume NASSA et Carole O. S. CISSE, qui ont été retenus lors des auditions en ligne. Ils partageront l’écran avec les plus anciens qui nous ont épatés dans la saison précédente, comme : Ange-Éric NGUESSAN, l’actrice et danseuse France Nancy GOULIAN, ou encore les chanteurs Soukeïna Alpha Young KONE, et Rémy ADAN. Ce qu’on aime avec cette série est son caractère éducatif qui n’enlève rien à ce coté fun et actuel qui en fait un véritable canal de transmission de valeurs pour les jeunes. D’ailleurs, les acteurs et actrices feront face à des thématiques qui aujourd’hui ne peuvent se défaire de la réalité et du quotidien de leurs téléspectateurs.

Quelle attitude adopter face à la violence? Comment utiliser les réseaux sociaux pour servir la communauté? Comment la pression du groupe peut elle être néfaste pour le jeune? Quand penser à la contraception? Et surtout pourquoi est-ce si important de faire de l’éducation sexuelle une priorité?Autant de problématiques qui rythmeront la vie des pensionnaires de l’Institut Douhaou. Au côté de ces jeunes espoirs du cinéma ivoirien, des devanciers tels que Meiway, Suspect 95, Josey, Zota, et bien d’autres sont intervenus.

Bref, on vous laisse découvrir ce que la Fondation MTV Staying Alive (MTV SAF) et son partenaire Unitaid nous ont préparé.

Pour le savoir, RDV sur la chaine RTI2 de la Radio Télévision Ivoirienne ce Samedi 30 Janvier 2021 pour le lancement de cette saison. Et en Février sur Youtube.

Découvrez quelques acteurs et actrices de votre série.

France Nancy GOULIAN (incarne le rôle d’Eslie), 21 ans, est une danseuse
professionnelle depuis 2015. Elle est également artiste comédienne, modèle
photo pour la publicité et étudiante. « Wara », « Les coups de la vie »,
« Cacao » sont les productions dans lesquelles France Nancy a tourné.

Soukeïna Alpha Young KONE (incarne le rôle de Rubi), 27 ans, est issue de
l’École Supérieure de l’Image et du Son. Depuis son retour en Côte d’Ivoire, en
septembre 2018, elle se concentre sur sa carrière d’artiste chanteuse,
compositrice et interprète. Soukeïna est en plein tournage du clip de son
prochain single « Te faire l’amour pour t’oublier ».

Remy ADAN (incarne le rôle de Matéo) est un jeune ivoirien, titulaire d’un
Master en Finance, acteur, auteur, compositeur, interprète et musicien. Il est
issu de l’écurie KOLBER PROD qui produit des talents comme :
Bruce Shaoleen, Rocky Gold. On lui doit les chansons « Pas comme eux », «
Mon mousso », « Juste pour toi ». Actuellement, il prépare son nouveau single
et apparaîtra bientôt dans la saison 4 de la série « Teenagers » Pour rappel,
Remy ADAN a été repéré lors des auditions publiques pour la saison 1 de
MTV Shuga Babi.

Reine TOUE (incarne le rôle de Vanessa), 24 ans, est titulaire d’une Licence
en Musique obtenue à l’Institut National Supérieur des Arts et de
l’Action Culturelle (INSAAC).
Reine poursuit actuellement ses études en Master.
En parallèle, elle travaille sur plusieurs projets musicaux et cinématographiques.
Pour rappel, Reine été repérée lors des auditions publiques pour la saison 1 de
MTV Shuga Babi.

read more
ArticlesSociete

Entreprendre, c’est en acquérir les outils

panel

L’entrepreneuriat est à n’en point douter l’alternative proposée à cette nouvelle génération eu égard aux problèmes de l’emploi qui la minent, mais plus encore aux opportunités qu’il offre. Seulement aujourd’hui, il est peu ou très mal connu de ceux et celles qui prétendre s’y adonner. En effet, le besoin d’information et même de formation est grand et c’est dans ce cadre que le rencontre ADN de l’entrepreneur a été instaurée à l’Hotel Tiama d’Abidjan, ce Mardi 15 Décembre 2020 à l’initiative de la Fondation Friedrich Naumann.

ADN de l’entrepreneur avait pour but de réunir sur le même pupitre trois entrepreneurs qui ont su s’affirmer chacun dans son domaine et qui ensemble s’emploient à donner aux plus jeunes des outils nécessaires à la réussite de leurs activités. Il s’agissait de Stanislas Zézé, le PDG de Bloomfield Investment Corporation, Samuel Sevi, Ceo de Young Power, gagnant du “Falling Walls Lab Abidjan 2017” et Malick Bakayoko, le DG de Inovis.

Il a été présenté aux autorités en première partie de cette rencontre le guide synthétisé de l’entrepreneur en prélude à la sortie du Guide complet qui sera livré en 2021. La deuxième partie a consisté en des interactions entre le public et les intervenants. Et de ce fait plusieurs questions ont été débattues; au nombre desquelles qui est l’entrepreneur? Sommes nous tous des entrepreneurs? Quelle peut etre la différence entre un entrepreneur et un homme d’affaires? Comment trouvez des fonds pour son entreprises?…. Pour ne citer que cela.

Pour Malick bakayoko, la rigueur, la responsabilité, la résilience et l’honnêteté sont les qualités d’un entrepreneur. En outre, si tout le monde peut devenir un.e entrepreuneur.e, seule la vision et l’état d’esprit feront la différence. Stanislas Zeze a tenu à rassurer les personnes présentes, nul n’est besoin d’être un expert dans un domaine pour y entreprendre, il faut avoir les informations nécessaires et comprendre le secteur concerné. L’homme d’affaires par définition est celui qui recherche le profit rapide et qui est presque toujours lié aux personnes politiques influentes, il est différent de l’entrepreneur qui répond à un besoin et qui bâtit patiemment. Enfin il faudrait outre donner le nombre d’entreprises qui se créent, savoir celles qui réussissent à atteindre la vitesse de croisière qui est de 5 ans. Sur 5000 moins de 500 y parviennent.

A n’en point douter c’était un master class instructif qui a refusé du monde tant la thématique est d’actualité. Car nous pensons que les jeunes ne doivent pas être sacrifiés sur l’autel de l’ignorance mais doivent pouvoir bénéficier de l’expertise des plus aguerris. Et nous espérons que la prochaine édition se fera avec plus de compétences féminines pourquoi pas.

read more
Féminisme

DouFerme, pour l’autonomisation de la femme en Côte d’Ivoire

IMG-20201129-WA0032

Aujourd’hui à n’en point douter, la question de l’autonomisation de la femme est l’un des plus grands défis et combats de cette décennie. Au delà des discours et politiques nationales et internationales, certaines personnes oeuvrent effectivement dans cette dynamique. DouFerme et son gérant en sont l’exemple, au travers d’un projet ambitieux d’installer plus d’une cinquantaine de femmes dans le grand Abidjan. Découvrez en exclusivité, une ferme urbaine, moderne et qui s’inscrit dans l’atteinte des objectifs du développement durable. Nous avons rencontré Mamadou Traoré pour un entretien qu’il a bien voulu nous consacrer.

  1. Pouvez-vous vous présenter brièvement?

Je suis TRAORE MAMADOU, Gérant de la société DOUFERME

2. Que pouvez-vous dire à propos de votre entreprise DouFerme ?

Douferme est une entreprise qui évolue dans la vente de la volaille notamment les poulets de chair. Nous mettons à la disposition de notre clientèle des poulets bien élevés et sains à consommer sans crainte.

3. L’aviculture est une activité courante en Côte d’Ivoire, que proposez-vous comme innovation face à la concurrence ?

Notre innovation se situe dans notre méthode d’élevage et de distribution des poulets. Nos poulets ne sont pas dans leurs fientes. Ils ont un bon goût et une chair ferme.

4. On remarque beaucoup de femmes dans la vente de volailles en l’occurrence les poulets, que leur proposez-vous ?

C’est exact. Nous retrouvons beaucoup de femmes dans la commercialisation de la chair de poulet dans nos marchés et surtout dans la restauration. C’est d’ailleurs ce pan d’activité qui nous intéresse. Nous installons les femmes dans les différents quartiers d’Abidjan sous forme de mini restaurants afin de leur apporter des revenus mensuels.

une garantie d’hygiène

  5. Pourquoi avez-vous décidé de vous intéresser particulièrement aux femmes ?

Les femmes représentent le socle de la cellule familiale. Lorsqu’elles ont des revenus c’est toute la famille qui en profite…

6. Comment voyez-vous l’évolution du projet d’ici 1 an et combien de femmes pensez-vous aider d’ici là ?

Le projet évolue très bien et nous recevons beaucoup de demandes d’installation des mini restaurants. Nous espérons en installer une cinquantaine d’ici un an. Nous débuterons très bientôt l’installation des femmes également  à l’intérieur du pays.

7. Croyez-vous que l’autonomisation des femmes l’un des moteurs de croissance de l’économie ?

Bien évidemment, l’économie informelle dans notre pays est essentiellement basée sur la gente féminine. Dans tous les hameaux vous verrez des femmes qui font de petits commerces. Elles participent donc activement à l’enrichissement de l’économie locale qui a une incidence sur la croissance économique au niveau macro environnemental. Pour nous, aider à l’autonomisation des femmes contribue à la croissance de l’économie nationale.

8.Pensez-vous qu’à long terme cela puisse continuer ?

La question ne se pose même pas. Les femmes sont incontournables dans la croissance de l’économique nationale.

9. Beaucoup de femmes sont victimes de violences, dont certaines découlent de leur précarité économique, aujourd’hui vous offrez une chance pour leur permettre de s’en sortir. Alors Comment vous contacter ?

Nos contacts sont les suivants :

TEl: 86110969, 70561313

Email: douferme@gmail.com

et sur facebook : Doufermeci

10. Quel est votre mot de fin à l’endroit des femmes qui décident de se lancer dans l’entreprenariat ?

L’entreprenariat n’est pas du tout chose facile. Cela demande beaucoup d’implication personnelle de temps, d’énergie et d’émotion. Cependant c’est vraiment la clé de l’autonomisation financière. J’encourage les femmes qui décident de s’y engager. Elles devront néanmoins recevoir un minimum de formation dans la gestion financière de base d’une entreprise.  

Propos recueillis par Mireille Chia Tiahi, pour Héroïnes D’ici

read more
Societe

MTV Shuga, Babi accueille ses nouvelles stars

C’est officiel, la série vedette des adolescents ivoiriens fait peau neuve. En effet, le casting lancé il y’a quelques mois dans le contexte inédit du coronavirus a permis l’arrivée de nouvelles stars.

Cette année néanmoins, il a fallu innover pour parer à la menace de la maladie. De ce fait, les auditions ont été principalement faites en ligne via les réseaux sociaux habituels (Facebook, Instagram, TikTok). En dépit des appréhensions, les candidates et candidats ont répondu présents. Ce sont au total 1000 Candidatures réceptionnées dont le tiers (30) a pu être auditionné en présentiel et cela toujours dans le respect des conditions sanitaires. Trois nouveaux candidats auront la chance de côtoyer les plus anciens. Qui sont ils/elles?

La deuxième saison s’inscrit dans l’esprit de la série qui est d’aborder des questions fondamentales de santé et de société pour les jeunes telles que : la
sensibilisation sur le VIH, l’autotest, la contraception, le premier rapport sexuel, la pression des pairs, les IST et les violences basées sur le genre, seront abordées. Autant de thématiques qui souvent restent sans réponse dans le cercle familial et scolaire. Elle sera disponible dès le début de 2021.

Mais en attendant, retrouvez Eslie, la petite amie de Matéo (qui vit avec le VIH), prenez des nouvelles de Rubi, Ousmane et Vanessa en visitant les comptes Facebook,
Twitter et Instagram de la série.

Présentation des nouvelles étoiles

Carole Olivia Salimata CISSE: est âgée de 23 ans, étudiante juriste, elle n’est pas à son premier coup d’essai puisqu’on peut la retrouver dans des productions telles que « Allô tribunal », et certaines publicités pour de grands annonceurs locaux et internationaux. Carole a séduit les membres du jury par son sourire et son énergie débordante et sa personnalité pétillante et solaire. On ne peut que lui souhaiter la bienvenue et plein succès dans l’aventure MTV Shuga.

Carole Olivia Salimata CISSE

Guillaume Caleb NASSA: est le seul homme de cette nouvelle vague et par ailleurs le benjamin. Il a 21 ans, et est étudiant en gestion-commercial. La petite anecdote est qu’il n’avait initialement pas prévu de participer au casting. C’est en aidant un ami qui souhaitait devenir acteur dans la série, sur le réseau social Instagram, qu’il s’est retrouvé sélectionné. A coup sûr c’est son regard ténébreux et son style atypique qui lui a valu ce succès Pour cette aventure, c’est avec joie et détermination qu’il aborde sa première expérience.

Guillaume Caleb NASSA

Delvis Prestige KUE, a 27 ans, et cumule à elle seule plusieurs casquettes. En effet, outre sa licence obtenue en contrôle de gestion, elle est aussi une chanteuse, choriste, et une interprète qui a accompagné plusieurs artistes. Delvis a pu tiré profit de la situation de Covid puisque c’est sur le tout nouveau réseau social TikTok qu’elle a été remarquée via le casting en ligne. Elle a été aussi une exception faite par le jury puisqu’elle a réussi par son talent à être sélectionnée au delà de la limite de l’âge de sélection qui était de 25 ans. MTV Shuga Babi est aussi sa première expérience dans une série et surement pas la dernière.

Delvis Prestige KUEU

À propos de MTV Shuga :

Lancée à Nairobi au Kenya en 2009, « MTV Shuga » est une série dramatique et une campagne multimédia de longue date qui suit la vie des jeunes sur le continent africain. Diffusé sur les chaînes MTV du monde entier, le contenu est également offert sans droits aux radiodiffuseurs
tiers et aux plates-formes de contenu, et utilisé comme support pédagogique par les éducateurs, les professionnels de la santé et les organisations locales de lutte contre le VIH/SIDA à travers le monde. En onze saisons, ce programme a traversé le continent africain du Kenya au Nigeria en passant par l’Afrique du Sud, et a abordé de nombreux thèmes liés au VIH et aux rapports sexuels protégés, notamment le dépistage du VIH, la stigmatisation, vivre avec le VIH, la transmission du virus de la mère à l’enfant, le sexe transactionnel, la violence basée sur le genre et l’utilisation du préservatif.
Pour voir tous les épisodes de MTV Shuga, veuillez visiter le site internet www.mtvshuga.com . La série est née de la collaboration entre la Fondation MTV Staying Alive et Unitaid.

Ne vous faites pas raconter, et prenez place pour cette nouvelle aventure.

read more
ArticlesFéminismeSociete

MTV Shuga Babi Saison 2: A la recherche des nouvelles étoiles!

CONDITIONS-CASTING-

C’est parti pour le lancement de la nouvelle saison de la série jeune par excellence. Après une première saison totalement réussie et appréciée qui a permis de développer une grande communauté digitale de plus de 25 0000 abonnés avec 1 million de vues sur la chaine Youtube MTV SHUGA EN FRANÇAIS; la Fondation MTV Staying Alive (MTV SAF) organise les auditions de la 2ème saison de sa série MTV Shuga Babi. La série sera à nouveau produite en Côte d’Ivoire avec le soutien d’Unitaid et de nombreux partenaires locaux tels que le Ministère de la Santé de l’Hygiène Publique de Côte d’Ivoire, le Programme National de Lutte contre le Sida et l’ONG Ruban Rouge.

Replongez dans un univers empli de musique, de danse et de fun à l’ivoirienne. Un univers propre aux ados qui permettra de mener la sensibilisation sur le VIH, la santé sexuelle, la contraception, le sexe transactionnel. En effet, l’on ne peut nier le caractère éducatif et l’impact que peut avoir la télévision sur les plus jeunes. Ceux-ci représentent toujours une frange vulnérable face à ces problématiques en raison de ce que l’éducation sexuelle demeure encore un tabou sous nos cieux. Ce qui rend malheureusement le taux de prévalence élevé dans notre pays. Selon l’Unicef , en Côte d’Ivoire, 5 adolescents sont infectés chaque jour dont 3 nouvelles infections sur 4 sont des filles. Seront aussi mises en lumière les violences basées sur le genre afin de créer une génération plus consciente des nouveaux enjeux humains et sociaux de notre société.

La série MTV Shuga Babi est aussi un puissant canal de découverte et de promotion de nouvelles étoiles montantes du cinéma ivoirien et de ses valeurs sûres . C’est une opportunité offerte aux jeunes de faire découvrir leurs réalités, leur quotidien mais aussi de permettre à toute une génération de pouvoir s’identifier à ce/ceux qui leur ressemble.nt.

Voir l’article

La saison 1 a vu l’implication de stars en vogue tels que Nash, Bamba Amy Sara, Safarel Obiang au côté des acteurs pour véhiculer efficacement le message voulu. La saison 2 sera emplie de surprises et de nouvelles vedettes.

A tous les candidats malheureux de la saison précédente et aux nouveaux, un casting ouvert à tous.tes est organisé pour la prochaine aventure. Ils devront, en raison de la Covid 19 participer en ligne. A partir du 22 juin 2020, les candidat.e.s sont invité.es à participer sur les réseaux sociaux et par email.

Pour cela, il faudra : • Faire une vidéo courte reprenant une séquence issue de la saison 1 (DISPONIBLE ICI) • La publier sur leur compte Facebook, Instagram, Twitter ou Tik Tok avec le hashtag #CastingMTVShugaBabi • Envoyer le lien de la vidéo à castingmtvshugababi@gmail.com Dans un deuxième temps, les personnes retenues seront invitées à se rendre devant un jury à Abidjan. Les conditions d’accès aux auditions sont les suivantes : • Être Ivoirien • Avoir entre 16 et 25 ans. • Avoir une passion pour le cinéma, du talent et de la détermination • Pouvoir se rendre à Abidjan pour la 2ème phase du casting.

Tentez votre chance et participez à ce casting national. Pour plus d’informations, visitez les différents comptes sur les réseaux sociaux de la série.

Facebook:  http://www.facebook.com/mtvshugababi

Instagram:  http://www.instagram.com/mtvshuga_babi

Twitter: http://www.twitter.com/mtvshugababi

À-propos de MTV Shuga : Lancée à Nairobi au Kenya en 2009, « MTV Shuga » est une série dramatique et une campagne multimédia de longue date qui suit la vie des jeunes sur le continent africain. Diffusé sur les chaînes MTV du monde entier, le contenu est également offert sans droits aux radiodiffuseurs tiers et aux plates-formes de contenu, et utilisé comme support pédagogique par les éducateurs, les professionnels de la santé et les organisations locales de lutte contre le VIH/SIDA à travers le monde. En neuf saisons, ce programme a traversé le continent africain du Kenya au Nigeria en passant par l’Afrique du Sud, et a abordé de nombreux thèmes liés au VIH et aux rapports sexuels protégés, notamment le dépistage du VIH, la stigmatisation, vivre avec le VIH, la transmission du virus de la mère à l’enfant, le sexe transactionnel, la violence basée sur le genre et l’utilisation du préservatif. Pour voir tous les épisodes de MTV Shuga, veuillez visiter le site internet www.mtvshuga.com.

read more
1 2 3 10
Page 1 of 10