close

Féminisme

ArticlesFéminisme

Ces sportives qui font bouger les lignes et les préjugés.

Montage photo d’humeur estivale avec des fleurs magenta
La milieu de terrain des Bleues Grace Geyoro lors de la rencontre contre l’Italie, le 10 juillet 2022 à Rotherham. © FRANCK FIFE / AFP

Grace Geyoro, nouveau phare des Bleues

Après avoir brillé lors de la première rencontre contre l’Italie, Grace Geyoro est désormais la nouvelle star de l’effectif. Alors que l’attaquante vedette Marie-Antoinette Katoto a dû quitter ses coéquipières pour cause de blessure, la milieu de terrain du PSG porte les espoirs français pour la suite du tournoi.

L’équipe de France est orpheline de sa machine à buts. Depuis le forfait de Marie-Antoinette Katoto, gravement blessée au genou lors de la rencontre contre la Belgique jeudi dernier, les Bleues devaient désormais se trouver une nouvelle meneuse pour le reste de la compétition, alors qu’elles jouaient un dernier match de poules, lundi 18 juillet, contre l’Islande. 

Grace Geyoro, qui a éclaboussé la rencontre de son talent lors de la première victoire expéditive des Bleues face à l’Italie (5-1) portait tous les espoirs. La milieu de terrain du PSG a réalisé un triplé inédit pour sa 50e sélection en équipe de France, deux semaines et demi après une inquiétante blessure. 

Grace Geyoro pour sa 50 ème sélection :

Triplé,1ère joueuse de l’histoire à claquer un triplé en 1 mi-temps d’un Euro Féminin,Premiers buts dans une grande compétition,Joueuse du match.

En demi-finales pour la première fois

C’est la première fois que les Françaises accèdent à ce stade de la compétition, après avoir sorti les tenantes du titre néerlandaises. Félicitation à Grace et à ses coéquipières.

Par Stéphanie TROUILLARD

Aux Mondiaux d'athlétisme, la sprinteuse Shelly-Ann Fraser-Pryce remet les  gaz
Shelly-Ann Fraser-Pryce avec son fils, après son quatrième titre mondial à Doha en 2019. (AFP)

Shelly-Ann Fraser-Pryce, la fusée de poche jamaïcaine qui règne sur le sprint féminin depuis 2008

Shelly-Ann Fraser-Pryce a mis la main sur un 5e titre mondial sur 100m, lundi 18 juillet, à l’issue d’une finale supersonique à Eugene (Oregon). La Jamaïcaine était encore intouchable sur la piste. À 35 ans, l’athlète à la longévité exceptionnelle marque un peu plus l’histoire du sprint et vise encore plus haut. Elle est devenue quintuple championne du monde du 100 m, à 35 ans.

En 2017, lorsque la trentenaire avait donné naissance à un petit Zyon, le sentiment général était pourtant que le meilleur était derrière elle : deux titres olympiques sur 100 mètres (2008, 2012), trois sacres mondiaux (2009, 2013, 2015), sans compter les joies empilées sur le demi-tour de piste et le relais. Même si Usain Bolt avait pris de la place en parallèle, l’œuvre était déjà assez dense pour qu’on décide de lui ériger une statue au Stade national de Kingston, cœur battant de l’athlétisme jamaïcain .

Je suis heureuse de ne pas avoir arrêté ma carrière après la naissance de mon fils

Peu de temps avant sa maternité, Fraser-Pryce avait décidé de quitter la structure de ­Stephen Francis et son fameux MVP Track Club, d’où était aussi issue Elaine Thompson , qui venait de lui souffler le premier rôle (doublé olympique à Rio). Ses nouvelles dorures, notamment un quatrième titre mondial à Doha, elle les a partagées avec un coach plus jeune qu’elle (Reynaldo Walcott). « Je suis heureuse de ne pas avoir arrêté ma carrière après la naissance de mon fils, rappelait récemment l’athlète. J’ai cru en un rêve. » Le secret de sa longévité, elle le formule avec des mots simples, « l’envie, la passion, les buts que l’on se fixe », et le plus beau sourire du plateau.

Par Damien Burnier

Emmanuel Tapsoba on Twitter: "#Ghana : Safoura Compaoré médaillée d'argent  au championnat Ouest-africain de Bodybuilding La Burkinabè Safoura Compaoré  a remporté la médaille d'argent au championnat Ouest africain de  Bodybuilding (IFBB) dans

Safoura Compaoré, le nouveau visage féminin du bodybuilding ouest-africain.

Le championnat ouest africain de Bodybuilding 2022 qui a eu lieu récemment à Accra, Ghana a consacré le sacre de la burkinabè Safoura Compaoré qui a décroché une médaille d’argent.

Bonne nouvelle pour le Burkina Faso. L’une de ses athlètes, en la personne de Safoura Compaoré vient de décrocher une médaille d’argent, dans le cadre du championnat ouest africain de Bodybuilding 2022.

Félicitations et moquerie 

En compétition dans la catégorie féminine de la compétition ouest africaine de bodybuilding, la burkinabè Safoura Compaoré obtient une médaille d’argent, lors du tournoi qui a récemment eu lieu dans la capitale du Ghana.

Sur la toile, tandis que certains adressent leurs félicitations à l’héroïne, une grande partie se moque d’elle. « Ce n’est pas tous les sports masculins que les femmes doivent pratiquer aussi », « quel gâchis », « belle femme, mais c’est son côté masculin qui a tout gâché »… ont commenté des internautes.

“Sur la toile, tandis que certains adressent leurs félicitations à l’héroïne, une grande partie se moque d’elle”

Précisons que le bodybuilding est une discipline sportive très souvent considérée comme réservée aux hommes, surtout en Afrique.

Par afrikbuzz.com

JO Tokyo : l'ivoirienne Marie-Josée Ta Lou remporte une manche sur le 100m
Marie-Josée Ta Lou, remporte sa série du 100 mètres féminin aux Jeux olympiques d’été de 2020, vendredi 30 juillet 2021, à Tokyo.
AP Photo/Martin Meissner

Marie-Josée Talou, la sensation du sprint

Marie Josée Talou est née à Bouaké le 18 novembre 1988.

Elle tient son surnom “sprinteuse de poche” du fait de sa petite taille. Elle également été surnommée la Reine du sprint africain.

Mais la dernière sensation de sprint de la Côte d’Ivoire, Marie-Josée Ta Lou, est entrée dans l’athlétisme assez tard. Elle a d’abord fait des études de médecine à l’Université d’Abidjan, en Côte d’Ivoire.

D’abord le football

En grandissant, elle était plutôt passionnée de football. Elle a fait du foot dans son quartier, Koumassi 05, une banlieue d’Abidjan, la capitale économique du pays jusqu’au jour où elle a attiré l’attention d’une équipe féminine qui a tenté de l’inscrire. Son frère aîné, un enseignant en éducation physique, s’y est opposé. Il ne voulait pas qu’elle évolue dans le football, craignant qu’elle ne se transforme garçon manqué. Elle s’est inscrite à un club d’athlétisme à la place.

Marie-Josée Ta Lou s’est véritablement lancée dans l’athlétisme en avril 2007 à l’âge de 19 ans.

Étant la seule fille de sa fratrie, les débuts ont été difficiles car sa mère aurait préféré qu’elle reste à ses côtés et qu’elle se destine a une fonction plus classique.

Lorsqu’elle a gagné la médaille d’argent au 100 mètres, elle l’a dédiée à sa maman. Cette dernière ne souhaitait pourtant pas qu’elle fasse de l’athlétisme.

2015 marque l’année de reconnaissance sur le continent

-elle est désignée “athlète africaine de l’année” par l’Association des Comités Nationaux Olympiques Africains.

-elle remporte l’Or sur 100 et 200 mètres aux Jeux Africains de Brazzaville.

2016, celle de la percée au niveau mondial

-Championne d’Afrique du 200 à Durban

-Elle finit 4e des finales du 100 et 200 aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro

-Elle établit son record personnel sur 100 mètres à Rio en 10 s 86 (qu’elle rééditera en finale des Mondiaux de Londres). De 2016 à 2021, l’Ivoirienne n’a fait que glaner des récompenses et à juste titre.Le 30 juillet, en série du 100 mètres, elle bat son record personnel en 10 s 78 (- 0,3m/s), ce qui égale le record d’Afrique détenu jusque-là par sa compatriote Murielle Ahouré. En finale elle échoue au pied du podium avec un temps de 10 s 91. Sur 200 mètres elle décroche la cinquième place.

Source:BBC

read more
ArticlesFéminismeSociete

Mandela Day 2022, MTN Côte d’Ivoire soutient les filles dans les sciences et lance la 2e édition des “Awards de l’excellence”

Tic 2

La Journée internationale Nelson Mandela ou Nelson Mandela Day a été instaurée par l’UNESCO en 2009 et célébrée le 18 juillet de chaque année afin de commémorer la contribution de Nelson Mandela, militant de la cause anti-apartheid et premier président noir d’Afrique du Sud, à « la promotion d’une culture de paix ». En Côte d’Ivoire, c’est aussi un moment qui est célébrée par la maison de téléphonie MTN au travers de sa fondation. Ce Lundi 18 Novembre 2022, à l’hotel Azalai Abidjan, MTN a procédé au lancement de la 2e édition des “Awards de l’excellence Nelson Mandela” destinés à récompenser les 12 meilleures filles au Baccalauréat dans les séries scientifiques et technologiques pour le compte de l’année académique 2021-2022.

Pendant cette cérémonie qui a vu la participation d’officiels tels que les agents de la mission diplomatique de l’Afrique du Sud, le système des nations unies, les représentants de l’Etat ivoirien, un panel sur les enjeux de l’éducation scientifique des filles a pu instruire efficacement les personnes présentes. L’objectif était d’encourager davantage les filles à s’intéresser davantage aux STEM et ainsi favoriser leur autonomisation. Ce panel de haut niveau a été animé par Mesdames BAKAYOKO représentante du Ministre de l’éducation,  Christelle ASSIROU, Présidente de L’ONG Femmes et Tic et Natenin COULIBALY Secrétaire générale de la Fondation MTN.

Madame Natenin COULIBALY Secrétaire générale de la Fondation MTN, Madame BAKAYOKO représentante du Ministre de l’éducation, Madame Christelle Assirou, présidente de femmes et TIC

La question primordiale a été de comprendre pourquoi encore aujourd’hui les filles n’arrivent pas à briser le plafond de verre quand il s’agit du domaine scientifique. Selon Madame Assirou, l’école comme reflet de la société perpétue encore certaines pratiques teintées de stéréotypes sexistes, à cela s’ajoute les couts des manuels scientifiques, le contexte socio culturel encore limitant, la prépondérance des violences basées sur le genre et le taux inquiétant des grossesse en cours de scolarité. Ce sont autant de facteurs qui peuvent expliquer ce fait.

Mais, convaincu de la nécessité de passer outre ces obstacles, l’Etat a mis en place des solutions au travers du Ministère de l’éducation nationale et de sa politique genre. C’est ce qu’a relevé la représentante de la ministre. Maintenant des plages horaires plus importantes seront octroyées aux matières scientifiques consacrant l’accroissement du nombre de filles dans les filières scientifiques en tant qu’axe stratégique. Plus important encore l’état procède à la réintégration des filles enceintes et mères, ce sont plus de 338 filles qui ont bénéficié de cette mesure. Sont aussi prévues des activités d’émulation pour les filles au Lycée scientifique de Yamoussoukro.

Pour la Secrétaire générale de MTN Côte d’Ivoire, le potentiel des femmes dans le numérique est tout simplement une question de développement car 90% selon MCKinsey des emplois nécessitent le numérique. De ce fait, Mtn academy et son partenaires Simplon, insèrent professionnellement les femmes dans ces métiers. Cet évènement était le lieu de passer des messages au gouvernement et aux prescripteurs afin donner la meilleure prescription aux filles et leur permettre de s’identifier positivement. A celles qui osent, nous souhaitons d’impacter considérablement le monde comme celui qu’on célèbre en ce jour.

Nous avons eu le plaisir de rencontrer les Ambassadrices STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques) des différentes universités de Côte d’Ivoire. Elles sensibilisent et aident les autres filles à s’interesser au Bac Scientifique et à ses filières.

Kouadio Affoua Laurence, Ambassadrice STIM
Kouadio Affoua Laurence, Ambassadrice STIM

« L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde. » 

Nelson Mandela (1918-2013), Ancien président de la république d’Afrique du Sud

Retrouvez le reportage audio sur notre page Facebook:

https://www.facebook.com/Heroinesdici/videos/1438368679972919


read more
ArticlesFéminismePolitique

Programme Benkadi, la nécessité de la prise en compte du genre dans la thématique du changement climatique en Afrique de l’Ouest

IMG_7381 (1)

L’une des plus grandes crises que devront vivre notre génération et celles d’après est certainement celle du réchauffement climatique. Le réchauffement climatique est un phénomène global de transformation du climat caractérisé par une augmentation générale des températures moyennes (notamment liée aux activités humaines), et qui modifie durablement les équilibres météorologiques et les écosystèmes. Si les effets de ce phénomène se ressentent au niveau mondial, le réchauffement climatique en Afrique sera plus important qu’au niveau mondial au cours du XXIème siècle selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (le GIEC).

C’est fort de ce constat, et dans le but d’endiguer les effets de ce changement qu’a pris forme le programme Benkadi. Benkadi qui signifie ”Travailler ensemble dans la même”, est une initiative de la société civile ouest africaine pour améliorer l’efficacité des politiques publiques en matière d’adaptation au changement climatique et d’atténuation de ses effets au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Mali par une plus grande participation citoyenne y compris celle des jeunes, des femmes et des personnes handicapées.

Un objectif stratégique: les communautés et les groupes vulnérables

Les communautés, premières victimes du changement climatique sont la cible primordial de ce programme. En effet, l’objectif stratégique est: « les communautés affectées par l’érosion côtière, la dégradation des écosystèmes, la pollution par l’orpaillage et la déforestation, en particulier les femmes, les jeunes et les personnes vivant avec un handicap réalisent leur droit au développement et sont résilientes aux effets du changement climatique». L’inclusion du genre est un des axes stratégiques car en Afrique toujours selon le GIEC, les femmes, les enfants et les personnes âgées sont réputées plus vulnérables aux impacts du changement climatique. De manière plus générale, les communautés affectées par les changements climatiques verront la vulnérabilité de leurs populations sedévelopper. Elle affaiblira plus encore les capacités d’adaptation des populations, ne laissant pour choix que la migration.

Par ailleurs, selon Monsieur Lourens Van Bruchem, chef de projet et conseiller politique de l’ONG néerlandaise Woord en Daad qui travaille à la mise en oeuvre du programme, les femmes, les jeunes et les personnes handicapées sont mis de coté surtout dans la prise de décision. Il s’agit donc de leur donner de la voix et de prendre en compte leurs spécificités. Un site internet sera aussi fonctionnel pour permettre au grand public de suivre le programme.

Monsieur Lourens Van Bruchem, ONG Woord en Daad

Abidjan accueille la réflexion autour de la deuxième année de mise en oeuvre du programme

C’est ce lundi 04 Avril 2022 que s’est tenu le lancement de la deuxième année du programme dans la ville historique de Grand-Bassam, une ville aussi menacée par l’érosion côtière en Côte d’Ivoire. Accueillis par les autorités administratives, coutumières et diplomatique la société civile ouest africaine et ses partenaires ont pu exposer des travaux qui se tiendront du 04 au 08 Avril 2022 dans notre pays.

En Côte d’Ivoire, plus spécifiquement c’est la thématique de l’érosion côtière et des espaces protégés qui feront l’objet de plaidoyers qui s’appuient sur des études mises effectuées en amont avec les populations concernées. Nos côtes sont de plus en plus érodées par l’avancée de la mer et les migrations des populations s’ensuit forcément.

De 2011-photo du bas- à 2017-photo du haut- la disparition des terres du villages de Lahou Kpanda en Côte d’Ivoire. La conséquence est la migration des populations.

MAHAMADOU Kouma
Coordonnateur National de la Convention de la société Civile en Côte d’Ivoire

Cet atelier fera alors le bilan général de l’année écoulée, mais servira surtout de cadre de renforcement de capacité des acteurs de mise en oeuvre du programme. Il sera le cadre posé pour l’intégration du genre dans le programme, aux dire de Sylvestre N. Tiemtoré, le coordonnateur général du programme.

Sylvestre N. Tiemtoré, le coordonnateur général du programme.

Nous rappelons que Benkadi est mis en oeuvre avec l’accompagnement des partenaires tels que Woord en daad, le Ministere des affaires étrangeres des Pays-bas et le gouverment du Burkina Faso. Il est mis en oeuvre dans les quatre pays par les plateformes membres du consortium que sont:

Au Benin; la Plateforme des Acteurs de la Société civile au Bénin (PASCIB), En Côte d’Ivoire par la Convention de la Société civile (CSCI), Au Mali par le Secrétariat de Concertation des ONG nationales du Mali (SECO-ONG).

read more
ArticlesDroitFéminismePolitiqueSociete

L’aventure à tout prix : le calvaire de la migration irrégulière des femmes ivoiriennes (partie 2)

migrante 780 Challenges

Migrantes (c) Photo Challenges

Quête d’un mieux-être, influence des réseaux sociaux, violences… autant de raisons qui les poussent à partir

Tout d’abord une migration de travail

On l’aura compris par les témoignages d’Emma et des autres femmes rencontrées que le premier motif du départ est la recherche d’un mieux-être. En effet, l’on ne peut exclure le fait que les conditions de vie parfois très difficiles des femmes les poussent à partir vers ce qui serait considéré comme l’Eldorado. Il s’agit en ce qui concerne les Ivoiriennes d’une migration qui est plus orientée vers le travail. C’est ce qui ressort de l’étude de l’OIM qui retrace le parcours des migrantes de retour, 95% des femmes migrantes de retour interviewées étaient parties pour des raisons économiques avec pour objectif principal de trouver un emploi plus décent. Cette motivation est encore plus forte quand la femme a seule un enfant à charge et une famille. 75% des femmes retournées avaient au moins un enfant à charge avant leur départ. Oumou Sacko, une migrante de retour, a confié qu’elle restait, avec sa sœur, l’espoir de sortir de la misère de son père. La plupart des femmes que nous avons interrogées partaient à l’aventure pour avoir de l’argent et rentrer si possible après avoir obtenu gain de cause.

Fuir les violences… À la recherche de plus de droits…

Ce qui rend d’ailleurs la migration féminine différente de celle des hommes est que pour la majorité d’entre elles, il s’agit  plus d’une stratégie de survie profondément personnelle plutôt que d’un acte de réalisation social, observe l’OIM. En effet, la précarisation à laquelle a dû faire face une bonne frange de la société et la condition féminine perçue comme meilleure ailleurs sont des facteurs déterminants dans la décision de voyager. Les femmes qui partent recherchent l’autonomie, une amélioration de leurs conditions de femme. Le lien entre l’émancipation féminine – plus acceptée dans un contexte occidental – et la migration est net. Cette thèse est corroborée par Dr Lally Kouadio, anthropologue des migrations. Il assure que ces femmes sont mues par “le désir de rechercher plus de droits, où on ne court pas le risque d’être humiliée. L’Occident, c’est le lieu où il existe la liberté d’expression, où il n’existe pas le poids social de la prédominance de l’homme sur la femme”. D’ailleurs, les femmes qui réussissent cette épreuve et qui reviennent sont considérées dans leurs communautés parfois au même titre que les hommes, sinon mieux que les hommes qui sont restés. Un fait, qui comme un cercle vicieux, entraîne d’autres femmes ou filles à tenter l’expérience.

Les violences faites aux femmes sont à considérer dans le schéma migratoire féminin. Dans un pays comme la Côte d’Ivoire, où ces violences sont de plus en plus récurrentes, les femmes qui tentent d’y échapper le font parfois au péril de leurs vies. Elles fuient les mariages forcés, les excisions, les coups… Rien qu’en 2020, l’ONG Citoyennes pour la promotion des enfants femmes et minorités (CPDEFM) a recensé 1 290 cas de mariage de filles de moins de 18 ans et 1 121 viols. En Europe, dit-on, “la femme a des droits”. Cette raison a d’ailleurs été évoquée par l’un des avis que nous avons recueilli lors de notre sondage lorsque nous avons posé la question de savoir ce qui pourrait pousser les femmes à migrer illégalement.

Mais aussi les réseaux sociaux et les pseudo-réussites

Les réseaux sociaux et leur prisme déformant de la réalité jouent aussi un rôle important dans le choix que font tant les femmes que les hommes de partir à l’aventure. Les réussites parfois virtuelles que présentent certaines sont des catalyseurs de ces départs clandestins. Pour Mariam, 26 ans, ménagère et identifiée comme potentielle migrante à Daloa, ”l’influence des migrantes qui ont réussi à se faire une place en Europe incitent beaucoup les jeunes filles à partir”. Et les départs se font plus nombreux après les fêtes religieuses où ces personnes quand elles reviennent au pays peuvent faire face à d’énormes dépenses. Naissent au sein de la communauté des frustrations, des comparaisons qui déclenchent l’envie de partir. 

Ces réseaux sociaux sont les appâts des plus jeunes qui sont constamment connectés.  Mawa Doumbia, la quarantaine, commerçante, a découvert avec effarement que sa fille d’à peine 17 ans en classe de 3e avait emprunté en cachette la route de la Libye avec d’autres jeunes de son âge, dont sa cousine. Sa fille Mariam lui a volé l’argent de la tontine qu’elle gardait. L’objectif reste le même : réussir en Europe, fuir la misère et le quotidien.

”Un matin, elle a pris l’argent de la tontine que j’ai gardé et s’en est allée en faisant croire qu’elle partait chez sa camarade (…) Il paraît qu’elle est en Libye . Mais elle n’a pas encore pu traverser. Ce n’est pas facile. Je lui dis de revenir mais elle refuse, c’est cela le problème. Je demande à Dieu qu’elle ne meurt pas”

Mawa Doumbia, mère de Migrante

Des conditions de voyage plus difficiles quand on est une femme

Les femmes paient un tribut plus lourd que les hommes sur la route migratoire et leur mortalité est plus élevée. En effet, les obstacles et les dangers induits par les migrations sont souvent différents pour les femmes, qui se heurtent à des sources d’insécurité supplémentaires en raison des inégalités auxquelles elles sont soumises en tant que femme dans leur situation économique, sociale et politique.

ABUS ET TRAUMATISMES PSYCHO-SOCIAUX, le double niveau de vulnérabilité des femmes migrantes

Les femmes ivoiriennes ont été surexposées à la violence physique et psychologique que ce soit sur leur lieu de travail, sur la route ou en détention. Les abus vécus ont pu prendre plusieurs formes incluant le travail non rémunéré, les violences sexuelles, le racisme, la prostitution ou la vente d’êtres humains. Aux dires de Sarah, qui a vécu l’expérience de travail au Koweït, son voyage a pris la forme de l’esclavage moderne. Elle n’avait ni droit, ni repos, ni titre de séjour, celui-ci ayant été confisqué dès son arrivée par la famille qui l’avait ”achetée”. ‘‘Le ménage c’est de 06h du matin à 02 h sans arrêt, on manquait même d’être violée parfois’’ nous raconte-t-elle. Ces femmes reviennent traumatisées et en mauvaise forme physique pour la grande majorité. 

Selon un rapport réalisé pour la Division des Nations Unies pour la promotion des femmes, les migrantes sont tout particulièrement exposées aux privations, aux agressions et à la discrimination, discrimination due à la fois à leur situation de migrantes et à leur condition de femmes. Les filles et les jeunes femmes sont particulièrement exposées à toutes sortes de violence et d’abus au cours du voyage. En tant que femmes, elles doivent faire face à la précarité menstruelle, mais aussi aux cas de grossesses durant le voyage. 

Parmi les responsables de ces violences, on compte les proches, les employeurs et, dans certains cas, des personnes jusqu’à lors inconnues de ces femmes. Malheureusement, la spécificité des femmes n’est pas suffisamment mise en lumière. Une étude de l’OIM Côte d’Ivoire sur le trafic illicite de migrants et la traite de personnes montre que près de 30% des femmes ont été victimes de traite dès leur départ de Côte d’Ivoire. De plus, dans plus de 50% des cas, femmes et hommes interviewés ont travaillé à un moment de leur parcours sans être rémunérés, 41% des femmes (contre 17% des hommes) ont déclaré que le salaire perçu au cours de la migration avait été versé à un intermédiaire.

Revenir, mais à quel prix? La difficile réintégration des migrantes ivoiriennes

Endettées, stigmatisées et traumatisées

Pour les femmes qui décident de faire le choix du retour, la décision n’est pas sans conséquences. La motivation de départ est érodée par les conditions de vie difficiles sur le terrain. Si certaines cherchent coûte que coûte à terminer la périlleuse aventure, d’autres par contre décident de revenir pour affronter la dure réalité qui les attend. Cette réalité est celle de la stigmatisation dont elles sont victimes, les attentes des proches qui ont parfois contribué financièrement au voyage et l’endettement. Lorsque l’on compare aux hommes, les migrantes de retour enquêtées ont ainsi contracté plus de crédits. Les chiffres de l’OIM sont alarmants. Les migrantes ivoiriennes de retour (61%) ont contracté un nombre plus important de crédits liés au projet migratoire avant leur départ et les sommes empruntées sont plus conséquentes. Cela se justifie par le mode de transport emprunté par les différents sexes.

30% des femmes migrantes de retour qui ont contracté au moins une dette affirment n’avoir aucun revenu contre 14% des hommes dans la même situation. Bien sûr, il en découle une vulnérabilité plus grande chez les femmes face à la rétribution. Les femmes s’endettent tant auprès de leurs familles que des passeurs. Ces dettes qui sont contractées aussi bien au départ que pendant le voyage, donnent lieu à des violences sur les femmes. 52% des femmes interviewées victimes d’abus, qui ont contracté un crédit lié à la migration, ont dû travailler de façon non rémunérée ou  ont vu leurs papiers confisqués, que ce soit dans un pays de transit ou dans le pays de destination.

Les retournées sont traumatisées tant physiquement que psychologiquement par les abus subis. Un traumatisme exacerbé par un sentiment de honte dans la communauté. Ce fut le cas d’Oumou Sakho, 25 ans, migrante retournée. Elle nous fait part de son expérience en ces termes:  ”J’étais mal perçu par mes amis pour qui j’aurais pu me prostituer pour continuer le voyage. Sur place j’ai rencontré l’ONG AVSI, qui m’a intégrée au projet KAFISSA. Je leur ai fait part de mon désir de faire l’élevage. Après m’avoir formée, ils ont apporté un financement en nature dans la fourniture de tout le nécessaire pour la mise en place de mon business d’élevage de poulets’’.Les femmes migrantes retournées peinent également à retrouver du travail. Cela dégrade encore plus un statut social déjà très précaire et peut pousser certaines à repartir.  

Nous avons reçu deux femmes atteintes de cancer du col de l’utérus à leur retour que nous avons essayé de les aider par tous les moyens avec nos partenaires dans le golf

Hervé N’Dri, président ONG LISAD

Ce qui devait être une expérience de l’amélioration de leurs conditions de vie et de celles de leurs familles s’est transformé en facteur de fragilisation et de précarité. Cela l’est encore plus pour celles qui ont eu des grossesses et/ou des maladies à l’issue de viols dont elles ont fait l’objet au cours du voyage ou avant.

L’appui au retour encore faible pour les femmes ivoiriennes

Le Gouvernement de Côte d’Ivoire et l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), avec l’appui de l’Union européenne, mettent en œuvre depuis 2017 l’Initiative conjointe UE–OIM pour la protection et la réintégration des migrants en Côte d’Ivoire. À travers cette initiative, l’OIM Côte d’Ivoire fournit aux migrants ivoiriens qui reviennent une aide au retour volontaire et une aide à la réintégration.

La majorité des migrants assistés dans leur retour volontaire en Côte d’Ivoire sont des hommes. Cependant, la proportion de femmes (21%) reste nettement plus élevée que dans l’ensemble des pays de la sous-région. A titre d’exemple, la part des femmes sur l’ensemble des retours assistés dans le cadre de l’Initiative conjointe FFUE-OIM est de 4% au Burkina Faso, 5% au Mali et en Guinée ou encore 10% au Niger.

Les chiffres de la réintégration de l’ONG AVSI, une ONG italienne présente en Côte d’ivoire depuis 2008 qui s’occupe de la réinsertion des migrants et migrantes, montrent que les femmes migrantes réintégrées sont inférieures aux hommes. Cela peut s’expliquer par les stéréotypes dont elles sont l’objet. Sur 100 bénéficiaires des programmes de réintégration, 10 sont des femmes. Le projet dénommé ‘’Kafissa’’ à Daloa a permis à Oumou Sacko, migrante retournée, de s’investir dans l’élevage dans sa région. Elle qui a vu repartir son amie. Aujourd’hui, elle est propriétaire d’une ferme avicole et envisage son extension.

Les femmes parlent moins de leur retour dans les communautés, et ne sont souvent pas au fait de l’information. «Dans les représentations sociales et familiales traditionnelles, la migration est avant tout considérée comme un acte essentiellement masculin»(Comoé E 2006, relations de genre et migration en Côte d’Ivoire). D’ailleurs, elles finissent souvent par repartir faute d’alternatives.

Oumou Sackho, Migrante retournée dans sa ferme à Daloa

Lavinia Prati, chargée de projet à OIM, explique comment sont réinsérées les personnes retournées. L’OIM met en place tout un système qui prend en compte le profilage, un accompagnement matérialisé par l’assistance médicale, psychosociale et économique. 

En matière d’activités génératrices de revenus, les bénéficiaires des programmes de réinsertion bénéficient de conseils, d’informations sur les projets les plus viables, afin de rentabiliser l’activité choisie. L’OIM essaie de donner tous les outils aux bénéficiaires pour qu’ils soient autonomes dans le futur.Un suivi se fait en fonction de chaque projet, sur une année ou sur une période plus courte. Depuis mai 2017, il y en a 6000 qui ont déjà terminé leur première phase d’assistance et plus de 3000 qui ont finalisé leur processus de réintégration. Les autres sont en cours. Les métiers dits féminins du type cosmétique, coiffure, commerce sont plus ceux qui sont proposés aux femmes.  

Encore aujourd’hui, on déplore le manque d’assistance et de  réparation psychologique dans la plupart des programmes de réinsertion des migrantes autres que ceux de l’OIM. C’est pourtant un soutien indispensable quant à toutes les épreuves qu’elles ont subies.

ENCADRÉ

La migration, en tant que droit humain, s’est transformée en un véritable périple eu égard à un contexte de mondialisation encore étriqué. Par ailleurs, l’instabilité de nos Etats, la récurrence des crises politico-sociales ont favorisé le départ de notre jeunesse et le sentiment d’un Eldorado européen renforcé avec l’arrivée des réseaux sociaux. Ce phénomène longtemps considéré comme purement masculin à cause des rôles de genre s’est progressivement féminisé notamment en Côte d’Ivoire où, on l’a démontré, les femmes aussi partent “se chercher”.

Malheureusement, cette faible prise en compte du genre dans les enquêtes, les réinsertions et même dans la médiatisation du phénomène rend les migrantes encore plus vulnérables. En outre, le constat est que lors des campagnes axées sur les violences faites aux femmes, notamment les 16 jours d’activisme contre les violences, les situations qu’elles subissent sont très rarement abordées par les OSC locales. Que ce soit dans le pays d’origine, de transit ou de destination, les migrantes ivoiriennes sont perpétuellement en danger. Leur spécificité de femme et de catégorie vulnérable est ignorée. Aujourd’hui, plus que jamais ces femmes ont besoin d’appui. En effet, Le HCR retire la Côte d’Ivoire des pays à risque et recommande que ses ressortissants ne bénéficient plus de l’asile à partir de juin 2022. Ce qui a notre sens va accentuer la vulnérabilité des femmes ivoiriennes. Par conséquent, nous faisons les recommandations suivantes : 

  • Renforcer les canaux d’information sur les dangers de la migration irrégulière et les diffuser de manière plus large afin de toucher les migrants potentiels, les migrants en cours de voyage et les candidats au retour ;
  • Organiser des campagnes d’informations sur les voies alternatives de migration légale ;
  • Renforcer les mécanismes de collecte d’informations auprès des migrants de retour, afin de permettre un meilleur suivi ;
  • Identifier des réseaux de traite actifs et des systèmes d’exploitation existant afin d’assurer une meilleure protection des migrants de retour soumis au travail forcé et aux mises sous contrats afin de rembourser leurs dettes ;
  • Travailler sur l’axe de la migration féminine;
  • Inclure effectivement les violences faites aux migrantes dans la lutte contre les violences faites aux femmes par les organisations qui travaillent sur le sujet
  • Intégrer les migrants de retour dans le processus de réintégration, de sensibilisation;
  • Travailler avec la Police de lutte contre la cybercriminalité pour démonter les réseaux qui officient via les réseaux sociaux;
  • Travailler à la réparation psycho-judiciaire des victimes de la migration
  • Travailler avec les communautés et les familles en vue de déconstruire les préjugés envers les femmes migrantes;
  • Ratifier – par les Etats – la convention internationale sur la protection de tous les travailleurs migrants et des membres de leurs familles du 18 décembre 1990.

Retrouvez la première partie de cet article ici.

Enquête réalisée par : Carelle Goli, Charline Tiahi et Marthe Akissi de RTI info. Une Initiative soutenue par Medialab Pour Elles, un projet CFI-Agence française de développement médias, avec le soutien de Anderson Diedri et Satou Kané.

read more
ArticlesFéminismePolitique

Flora Irel, l’héroïne qui révolutionne la communication politique en Afrique francophone

IMG_2487

La communication politique peut se définir comme « l’espace où s’échangent les discours contradictoires de trois acteurs : les hommes politiques, les journalistes et l’opinion publique au travers des sondages. Ceux-ci ont pleine légitimité à s’exprimer publiquement sur la politique ». La communication politique se fait en période électorale, entre deux élections, en situation de crise politique intérieure ou extérieure. C’est la définition que nous donne Flora Irel à propos de cette notion. Cette jeune femme ivoirienne, diplômée de l’Ecole Française des Attachés de Presse et des Professionnels de la Communication (EFAP) et titulaire d’un diplôme d’études universitaires générales en Anglais de l’Université Félix Houphouët Boigny, s’est lancée dans la Consultance politique à l’attention de leaders. Son ambition, professionnaliser un milieu laissé trop longtemps aux mains d’amateurs.

Changer d’ère pour une société civile et politique plus saine

Il est contradictoire que l’on reconnaisse de plus en plus l’importance des métiers de la communication sans forcement penser à mieux organiser la communication politique. C’est le constat qui ressort de l’expérience panafricaine de Madame Irel. En effet, de la Côte d’Ivoire, en passant par le Togo et la RDC où elle séjourne actuellement, les personnes qui se chargent de ce pan oh combien important de la vie des élus et leaders restent leur cercle le plus familier. On parle alors de « bois sacré », « sa base », d’ « entre – gens ». Ce qui a pour effet de décrédibiliser le travail et l’image des acteurs politiques. Car ces personnes sont forcées à apprendre sur le tas les rudiments d’un métier à diverses variantes.

Le cabinet Irelec de Madame Irel offre aujourd’hui à une cible de personnes clées( ministres, maires, députés, candidats, élus, dirigeants, managers, cadres, Experts comptables, avocats, huissiers, notaires…)un accompagnement à titre individuel et collectif; avec quatre axes pour la montée en puissance des leaders : 

  1. L’audit en communication ;
  2. Le conseil en stratégie de communication ; 
  3. L’accompagnement en bonnes pratiques ; 
  4. La team building. 
Madame Flora Irel

« Le but du présent exercice est de rappeler que la communication est un espace professionnel et un marché du travail. Ce qui suppose un investissement dans la légitimation de l’activité des professionnels qui s’y consacrent »

Pourquoi est-ce si important de passer à cette étape de professionnalisation?

En politique, l’image est cruciale et il faut absolument pouvoir la construire et c’est à partir d’une image positive que passeront les discours et messages.La communication politique nécessite, selon l’experte, une approche pluridisciplinaire. 

Véritable oeuvre technique, la communication politique voit s’enchevêtrer plusieurs disciplines. D’abord, la sociologie des professions dans l’équipe de campagne (en relevant le côté fonctionnaliste puis interactionniste de tous les groupes professionnels, la légitimité, le mandat de chacun d’eux, l’exposition de leurs pratiques, leur rôle dans l’organisation) puis, les stratégies de marketing électoral (la politique reprend les codes du marketing économique donc d’un 4P spécifique politique mix) pour aboutir à la sémiologie pour la communication symbolique (au-delà de l’énonciation verbale, s’intéresser aux procédures et stratégies qui se manifestent dans plusieurs langages visuels, sonores, gestuelles, etc…). De ce qui précède, il est donc important de s’entourer de personnes aguéries et bien formées.

Le plan d’action et la stratégie de Madame Irel a été dévoilé en Côte d’Ivoire ce Mercredi 06 Octobre 2021 au Grand Hôtel d’Abidjan lors d’un Café de presse. L’experte a pu dévoilé sa grande maitrise des outils de communication ainsi que sa volonté de redynamiser le secteur et de le challenger davantage. Une véritable Héroine.

read more