close
Articles

Les livres ne meurent jamais!

livres

J’avais pensé jusqu’à ce samedi 20 octobre 2018 offrir tous mes livres parce qu’ils devenaient encombrants. Lol
Croyez moi j’en ai qui datent de mon primaire, mon premier exemplaire des fables de la Fontaine notamment.
Et puis j’ai découvert la Bibliothèque Cheick Paul Lamine où s’est tenue la conférence “jeunesse et engagement citoyen” dont j’étais panéliste.

Cette bibliothèque est la preuve que les livres subsistent aux hommes et qu’ils n’auront jamais plus de valeur que dans le coeur de leurs propriétaire.
Et j’ai compris ce que deviendront les miens plus tard.
En effet, l’histoire est celle là:
Mr Fadiga, lecteur infatigable a au cours de sa vie acquis les uns après les autres chacun de ses ouvrages. Ils sont peut être aujourd’hui plus de mille.
Sa femme nous dira qu’à chaque voyage les livres étaient d’abord transportés, puis venaient les affaires personnels😍.
Il lui a fait promettre d’ouvrir ce centre après sa mort. Il a lui même pensé et choisi tout le bois et les matériaux nécessaires à sa maison de la culture.
Mais comme Moïse il n’a pu voir la terre promise.
Et c’est grâce à la passion d’un homme que des jeunes aujourd’hui sont abreuvés à la bonne source.
J’y ai revu l’ouvrage qui m’a inspirée héroines il y’a a peu près 13 ans. Celui de Myriam Makeba.
J’ai compris que ce monsieur était quelqu’un de formidable et forcément d’un peu féministe.
(You know what i use to say… real men are…).
De mon père j’aimerais juste récupérer les siens.
La bibliothèque est situé à la sopim. J’espère y retourner et pourquoi pas avec ceux qui le voudront. Pour la mémoire de M. Cheick Paul mais surtout pour y nourrir notre âme de cette nourriture qui ne périra jamais.
La lecture😍.
Merci Maman fadiga pour tes bénédictions.
#CL

Tags : lecture cultureSociété
Carelle Laetitia

The author Carelle Laetitia

Diplômée de Droit Public International, Carelle Laetitia Goli est une jeune femme ivoirienne qui croit fortement en l’idéal d’un monde de justice et de libertés