close

Articles

Articles

Le SPEED-DATING⌚

lead

Outils de leadership.
#Let’s Speed dating…..
Le speed dating , littéralement « rencontre rapide », ou  « rencontre minute », est une méthode de recherche d’un partenaire en vue d’une liaison sentimentale ou matrimoniale qui consiste en une série d’entretiens courts avec différents partenaires potentiels.
Aujourd’hui nous y sommes soumis. Mais à un niveau professionnel.
45 secondes pour répondre à 4 questions essentielles
Nom& prénoms
Vie professionnelle
Vie associative
Super pouvoir qu’on voudrait avoir.
Il a permis :
-De se présenter succinctement
-De faire le background de ses actions
-De ce que dans quoi l’on exerce
-Et ce pourquoi l’on se bat(un idéal)
Un speed dating professionnel réussi permet de se créer des opportunités immédiates.
Si vous croisiez la personne qui a la solution à votre problème par hasard qu’est ce que vous lui diriez?? Pour obtenir un rendez vous formel?
Les anglophones qui ne s’embarrassent pas de protocoles en sont les champions.

Un networking vous mettra surement en situation de speed dating.
Une petite balade de santé aussi, aller faire les courses… tout peut vous faire rencontrer la clé.
Si vous ennuyez votre interlocuteur, il n’aura d’autre envie que de vous fuir.
Vous n’aurez surement pas une autre chance.
Précision , concision, clarté et top chrono⌚time is precious.😉

read more
ArticlesCulture généraleEcriture libreFéminismeSociete

Aaah KAMISSA!!!!!….

grossesse (1)

Quand souvent un évènement intattendu vient briser cette petite bulle de verre dans laquelle l’on est enfermé, les éclats ne manquent pas de nous atteindre en plein coeur comme la flèche de Cupidon.
A 15 ans, lorsqu’on est une petite fille modèle, l’amour fait rêver, il bouleverse les certitudes, nous fait vivre, frissonner. Mais souvent, à 15 ans on est pas vraiment prêt. Prêt à voir le monde comme il est, vil, compromis, lâche…
Qui doit alors nous y préparer? Nos parents , nos amis, ou nos éducateurs scolaires?
Le constat est le même.
A 15 ans, la famille préfère ne pas prendre le risque de lever le voile, les amis sont aussi désemparés que nous et les éducateurs scolaires ne sont pas préparés à cela. Alors on se retrouve seul, seul comme Kamissa.
.
kalou
Kamissa, c’est le mal de la jeunesse ivoirienne que l’on y décrit. La famille, première cellule et socle de la société qui ne peut plus jouer son rôle au point de s’appuyer sur une école bancale à souhait. L’éducation sexuelle qui reste encore trop taboue dans une société pourtant de plus en plus sexualisée. Des éducateurs qui en oublient leur serment pour assouvir leurs envies les plus basses.
Kamissa, c’est de la condition féminine dont il est question. Prostitution (voulue ou non), désir de paraître, grossesses précoces, stigmatisation, abandon et rejet familial, avortement, déscolarisation, harcèlement sexuel…
Kamissa, c’est l’Etat qui est pointé du doigt. Comment des Adolescents à peine nubiles peuvent-ils entrer dans des lieux de plaisir (nocturnes) réservés aux adultes? Sans que cela ne soit sanctionné mais pis encore toléré?
Kamissa, c’est le courage de dénoncer tout en réussissant à émouvoir.
Kamissa, c’est la voix qui est donnée à une jeunesse dont personne ne semble se soucier. Et qui pour toute solution trouvée se jette dans le vide
Kamissa, c’est le film que tout parent, grands frères, grandes soeurs, professeurs, décideurs, élus, bref… toute la société ivoirienne doit voir.
Kamissa, c’est le film qui m’a faite pleurer…
…par nostalgie, culpabilité, impuissance, révolte!!!!

read more
Articles

Lionesses of Africa: Plus loin ensemble!!!

black_lioness-568×852



La première édition de la conférence Lioness lean In en Côte d’Ivoire, s’est tenue à Abidjan ce jeudi 13 septembre 2018 à l’Hôtel Tiama au Plateau. Lioness Lean In est née de l’initiative de lionesses of Africa, la plus grande communauté de femmes entrepreneures de l’Afrique. Regroupant plus d’un million de femmes connectées entre elles dans un puissant réseau, Lionesses of Africa est une plateforme qui vise l’éclosion de l’entreprenariat féminin au niveau régional. L’on doit cette révolution à Melanie Hawken la fondatrice et Directrice exécutive des lionnes d’Afrique. Entrepreneure sociale, elle « croit passionnément qu’il est temps de fournir le soutien, les outils, et l’inspiration nécessaire pour que la prochaine génération d’entreprises dirigées par des femmes en Afrique puisse fleurir et accroitre leurs potentiels »
Les évènements Lioness Lean In se déroulent dans toute l’Afrique et créent le pont entre les femmes entrepreuneures de tous horizons afin qu’elles puissent partager leurs expériences et s’en inspirer.
Dans notre pays, le Lioness Lean In a mis en relation plus de 100 femmes. Cela fut possible notamment grâce au partenariat tissé entre le réseau et le Royaume des Pays-Bas que l’on sait très attaché aux valeurs progressistes et de liberté.
D’ailleurs l’Ambassadeur du Royaume des Pays-Bas présent pour la circonstance a affirmé que l’égalité des sexes était pour son pays une obligation morale qui contribuera assurément au développement durable. Pour son excellence Monsieur Robert Van Den Dool, les femmes sont les nouveaux leviers de la croissance économique. De ce fait, elles devraient profiter pleinement des fruits de la mondialisation. Ça été aussi le lieu pour lui de présenter le Orange Corner, une initiative des Pays-Bas qui aide à la promotion et à l’érection de l’entreprenariat sur le continent.
Au nombre des panélistes figuraient trois entrepreneures qui font bouger les lignes en Côte d’Ivoire. L’on pourra citer Amie Kouamé, l’une des têtes de proue du digital ivoirien et fondatrice du webzine Ayana ; Carol Hien fondatrice des produits naturels Carol’s plusieurs fois primés pour leur qualité ; et Bénédicte Mendy meilleure bartender de Côte d’Ivoire. Trois femmes, trois success stories, trois domaines d’activité qui ont inspiré tant par leur originalité que par les épreuves surmontées.
Le traditionnel networking propre aux grandes rencontres a clôturé cette rencontre qui on l’espère ne sera pas la dernière dans notre capitale

read more
Articles

La Dame aux Échecs, un homme en réalité

dame

Les inconditionnel(le)s des jeux d’échecs connaissent le pouvoir de la dame (on ne dit pas reine) qui supplante celui du roi. Mais en savons nous réellement les raisons?
Elle est complètement mobile. Elle va où elle veut, dans huit directions, devant derrière à droite à gauche, et sur toutes les diagonales ; le roi aussi, mais lui seulement d’une seule case.
Pourquoi la dame a-t-elle cet avantage considérable, alors que le but du jeu est justement de mettre en échec le roi ?
Une question importante, car le jeu d’échecs a été inventé bien longtemps avant les conquêtes féministes pour l’égalité des sexes, donc à une époque où la primauté de l’homme sur la femme ne faisait pas discussion.
Le jeu est né il y a quelque 1500 ans en Inde. Il a transité par la Perse, les pays arabes, et est entré en Europe par l’Espagne.
Le pion que nous appelons la dame, était autrefois un homme. A perse et dans les pays arabes elle s’appelait “firz” ou “wazir” entendons par là vizir ou conseiller. Petit clin d’oeil à Iznogoud, le grand vizir qui veut prendre la place du calife.
Lorsque vint la reconsquista ou la reconquête, qui va s’étendre du haut du moyen-âge jusqu’à la chute de Grenade en 1492, les Rois Catholiques repoussent les musulmans de l’autre côté de la Méditerranée. ISABELLE la catholique règne alors sur l’Espagne. Elle fera changer les règles du jeu d’échecs. En demandant à ce que la dame ait davantage de pouvoir.
Elle peut désormais se déplacer à sa guise et dans toutes les directions.
Cette appellation féminine n’est pas universelle. La dame est toujours le vizir en Iran ou dans les pays arabes. Où personne n’ose dire la vizirette.


Site à visiter[article pris sur]
https://mobile.francetvinfo.fr/replay-radio/les-pourquoi/les-pourquoi-pourquoi-au-jeu-dechecs-cest-la-reine-la-plus-puissante-et-non-le-roi_2147665.html#xtref=https://fr.m.wikipedia.org/
read more
Articles

L'esclavage tout près de nous

Nous-devons-tous-dénoncer-et-lutter-contre-toutes-les-formes-de-maltraitance-des-enfants-au-Faso

De ses yeux hagards, la charge d’eau à ses pieds, elle nous observait hésitant à nous interpeller. Son aspect miteux et ses cheveux hirsutes en disaient long sur sa condition.
-Qu’est ce tu veux? nous lui demandâmes
-“Tantie pardon aidez moi à charger mon eau” dit elle tout bas.
Lorsque mon amie se leva pour s’exécuter, elle ne put s’empêcher outrée qu’elle était de lui poser certaines questions.
-Pourquoi est ce que c’est toi qu’on envoie transporter quelque chose de si lourd? Ce bidon contient jusqu’à 10 litres d’eau tu risques d’altérer ta croissance. D’ailleurs quel âge as tu?
-Tantie j’ai 8 ans, je travaille… répondit elle vraiment gênée.
……….
Elle avait 8 ans, n’était jamais allée à l’école et travaillait comme aide de maison ou de commerce.
Le monde a tremblé d’effroi devant les images de l’esclavage en Lybie mais ne s’offusque guère du sort des enfants comme cette fillette tout près d’eux. Et pourtant on a très souvent cette fillette du village bonne à tout faire de qui on ne se soucie pas vraiment et qui reste à maison quand nos enfants à nous vont à l’école.

Beaucoup d’enfants comme elle étaient donnés presque vendus à des ménages pour “travailler”.
Essentiellement de Sexe féminin, on les retrouve partout dans les marchés, dans les maisons, dans les resraurants…. Que deviendront ces enfants privés de la lumière de l’école? Des migrants, des voyous, des prostitués? Des marginaux qui la plupart seront pointés du doigt par la société et la famille qui pourtant n’a pas pu jouer son rôle.
La Côte d’Ivoire connait un taux d”analphabétisme de près de 49% c’est énorme. Comment pourrait on profiter du dividende démographique si le simple accès à l’éducation n’est pas garanti?
C’est le moment aussi de se pencher sur la question du taux de natalité. L’Afrique de l’ouest pourra t-elle faire face au défi humain en 2040 avec un taux avoisinant les 7 enfants par femmes? Un pays comme la Côte d’ivoire devrait en 2040 compter 40 voire 60 millions d’habitants sinon plus. Le dividende démographique serait-il réellement pour nous un avantage?
Quoiqu’il en soit, la place d’un enfant est à l’école. Mettons fin au travail et à l’exploitation des enfants. Quand nous disons non à l’esclavage en Lybie, disons non à celui près de chez nous, pratiqué par nous…

read more
Articles

Comment j'ai vaincu cette maladie

61iSij1KGQL._SX425_

Icône du monde de la presse et de la lutte contre le cancer en général et celui du sein en particulier, Agnès Kraidi est un exemple de bravoure. Elle était l’invitée de la 4ème Reunion statutaire 2017/2018 du ROTARACT ABIDJAN GOLF du vendredi 13 octobre 2017. Et s’est prononcée sur le thème <<Comment j’ai vaincu cette maladie>>. Avant tout propos, la marraine a fait l’etat de lieux du cance du sein en Côte d’Ivoire. C’est chez nous dit elle la première cause de mortalité chez la femme en Côte d’Ivoire. Les chiffres officiels nous donnent 2500 à 3000 victimes chaque années. Pour ne citer que celles qui sont dépistées. C’est un mal chronique qui n’a pas de causes précises, l’on parle de facteurs à risque ces facteurs sont les productions hormonales, les règles précoces ou tardives, les grossesses tardives, le manque de sport, la prise de pillule, le stress, la vie de compétition…. A la question de savoir ce qui lui a valu sa victoire contre ce mal. Elle nous parle d’abord de sa victoire mentale et psychologique. En effet entre flancher ou résister, elle a choisi de résister. Et s’est de ce fait entourée de gens forts qui lui on permis de lutter. Sa deuxième victoire fut obtenue grace au partage de son vecu, à son témoignage. Car dit elle elle a appris à parler , à dédramatiser. Enfin arrive la vie pendant la maladie. Ne pas perdre son temps et le consacrer aux choses essentielles, à celles qui en valent vraiment la peine, la famille, les moments précieux. Il faut s’éloigner du stress du système social Adopter une vie de qualité par la pratique du sport et le contrôle de son alimentation. Le coût du traitement du cancer du sein en Côte d’Ivoire est élevé (2 à 24 millions fcfa). Sa prise en charge médicale est difficile car il ya à peine 15 cancérologues tous localisés à Abidjan ce qui rend inaccessible les soins pour les femmes à l’intérieur du pays. Il n’existe cependant pas de centres nationaux de radiothérapie. L’idéal reste la prévention par la sensibilisation. Il faut promouvoir les gestes de l’autopalpation très jeune comme en France. Car le cancer du sein sévit dans une population de plus en plus jeune à partir de 20 ans. La lueur d’espoir est le traitement ciblé (gratuit) annoncé par le gouvernement. Agnès Kraidi est la fondatrice d‘Agir contre les Cancers, une fondation oeuvrant dans la mobilisation des ressources, la production d’études de livres afin de soulager les malades. #octobrerose #sensibilisation

read more
Articles

On ne naît pas femme, on le devient… ou pas

Simone de Beauvoir

Sur le vêtement d’un petit garçon on verra fort, courageux, champion…
Sur celui d’une petite fille belle, mignonne, adorable…
Les hommes ont des valeurs
Les femmes n’ont à offrir que leur physique.
Les publicités sont mysogines
On y voit l’homme aller au travail
La femme être celle qui tient la maison.
Heureuse de ce nouveau savon. Fier de son detergeant…
Sa seule recompense est de voir sa petite maison très belle.
Pourtant le petit personnel des supermachés est composé des femmes. La classe dirigeante d’hommes.
A un petit garçon on apprendra à se battre
A une petite fille on lui offrira la protection.
Les contes qui ont bercé notre enfance ont vu les preux chevaliers venir au secours de la belle et douce princesse.
Et on dira la femme est plus emotionnelle que l’homme.
La société a rendu la femme ainsi.
Son éducation aussi, ses programmes télé.
Et au fil des generations on perpetue ces erreurs.
L’homme et la femme ne sont certes pas egaux d’un point de vue physique…
Mais l’on a contribué a élargi cette différence.
<<On naît homme ou femme, c’est un fait génétique, mais le rôle social de l’homme et celui de la femme sont appris. Ils ont un acquis culturel propre à chaque société. C’est à partir de là précisément que s’est développée une mythologie de masculinité et de feminité>>. Selon les dires de Hernan SAN MARTIN.
#feministe ; #émancipation

read more
1 5 6 7 8
Page 7 of 8