close

activisme

ArticlesHéroïnes du présent

Claudette Colvin, l’héroïne avant Rosa Parks

claudette

Si l’histoire reconnait Rosa Parks comme celle qui s’est tenue debout en restant assise, elle oublie de mentionner souvent la jeune adolescente qui l’a aussi fait 9 mois avant elle. Cette jeune adolescente se nomme Claudette Colvin.

Beaucoup d’entre nous ne connaissent pas cette courageuse jeune fille qui a lutté pour mettre un terme à la ségrégation raciale. Il est tout de même important de retenir que sa bravoure aura donné du courage à plusieurs.

Claudette Colvin (née le 5 septembre 1939) est une afro-américaine originaire d’Alabama. A l’âge de 15 ans, elle refuse de céder son siège à un blanc dans un autobus de Montgomery, en violation des lois locales. Son arrestation en date du 2 mars 1955 précède de neuf mois celle de la célèbre Rosa Parks, le 1er décembre 1955.
Cette même année, Claudette Colvin est en école secondaire. Sa famille ne possède pas de voiture, elle doit donc prendre le bus chaque jour pour se rendre à l’école. Le 2 mars, elle monte dans le car au retour de l’école (au même arrêt que Rosa Parks quelques mois plus tard), elle est assise à deux rangs de la sortie de secours, quand quatre personnes blanches montent dans l’autobus. Le chauffeur lui ordonne de se lever pour céder sa place, et fait cette même demande à quatre autres passagers noirs. Malgré les ordres, Claudette refuse et reste assise sur son siège.

Colvin a été giflée et jetée sans ménagement hors du bus. Elle continue de s’écrier que ses droits constitutionnels ont été violés. La police l’arrête, l’emprisonne et l’accuse même d’avoir proféré des insultes, ce qu’elle nie catégoriquement.
La « National Association » pour l’avancement des gens de couleur décide de renoncer aux sanctions en raison du jeune âge de Claudette et aussi de sa grossesse au moment des faits. Ils ont pensé qu’une mère célibataire emprisonnée provoquerait des réactions négatives (de type émeutes) dans la ville.

This is my constitutionnal Right

Claudette Clovin

Source: byusmedia.fr

read more
Articles

Au cœur de la "black music"

The-history-and-development-of-soul-music

La musique figure au rang des  modes d’expression de la communauté noire que les blancs ont essayé de contrôler depuis l’importation des premiers esclaves, craignant qu’elle ne les incite à la révolte. Les esclaves se sont ainsi vu interdire toute pratique instrumentale. L’objectif était clair il s’agissait d’arriver à une véritable acculturation que de la communauté.

Ce procédé avait très peu de chances de fonctionner avec le flot continu de la traite jusqu’en 1859 qui leur permit de garder une forme de contact culturel avec leur continent d’origine et de maintenir une mémoire qui passe, bien entendu, par la musique.
Seules les worksongs, en ce qu’elles favorisent la rentabilité des travailleurs, étaient autorisées. Elles ne doivent alors ni être ni mélancoliques, ni nostalgiques. on le comprend aisément, la musique est l’un des nombreux terrains sur lequel se joue la domination d’une communauté sur une autre.
C’est milieu voire fin des années 1950 pour qu’émerge La musique soul, ou simplement soul, qui est dérivée, entre autres, du gospel et du rhythm and blues. Elle est considérée par certains comme un retour du ”rhythm and blues” aux racines dont il est issu : le gospel (musique d’église).
Par la tournure que prennent les événements dans le pays, le mouvement noir ne va pas tarder à changer d’orientation, et le pacifisme teinté de religiosité de Martin Luther King sera supplanté par le marxisme des Black Panthers. Au discours optimiste de la première partie des années 1960 – le mouvement pour les droits civiques est porteur d’espoir – succède l’impatience d’une communauté qui ne supporte plus d’attendre l’égalité des droits. L’assassinat de Malcom X, le 21 février 1965, ne fera qu’accentuer ce sentiment. Les partis qui apparaissent alors sont beaucoup plus radicaux : le Black Panther Party for Self-Defense, le Revolutionary Action Movement, qui prônent tous deux l’action directe, et tournent le dos à l’intégrationnisme militant du pasteur King.
C’est donc en toute logique que la transmission des messages par le procédé de la double ententene peut satisfaire le public comme les artistes. Tout comme l’afro-américain ne supporte plus sa non-existence en tant que citoyen, il ne souffre plus la clandestinité de son message. Bien plus, le mode d’action de la communauté noire est remis en question dans certaines chansons : Nina Simone prophétisera « Do things gradually, and bring more tragedy » (Agissez graduellement et vous provoquerez d’autres tragédies) dans Mississippi Gottham (1964). Le mode de communication issu de la pratique religieuse est remplacé par un discours à caractère politique. Ainsi Curtis Mayfield, après avoir chanté au sein des Impressions des titres dans la droite ligne du gospel, écrira des textes de plus en plus explicites : We’re A Winner (Nous sommes des battants, 1967), We’re Rolling On (Nous continuons de progresser, 1968), Move On Up(Continue de t’élever, 1968), People Get Up (Peuple, lève-toi, 1969).
 
bp
Le chanteur de soul prend alors une autre importance, il prend alors valeur d’exemple aux yeux de ses congénères. À tel point que c’est à James Brown que les maires de Boston et Washington font appel pour tenter de calmer les émeutes qui suivirent l’assassinat de Martin Luther King en avril 1968.  L’artiste ne se contente pas d’interpeller son public par des propos introducteurs, ses paroles n’ont pas seulement valeur d’exemple, elles sont également des messages directs d’un noir à un autre noir :

Get Up, Get Involved, Get Into It (Lève-toi, implique-toi, entre dans (le mouvement), James Brown, 1968) , Move On Up (The Impressions, 1968), Say It Loud, I’m Black And I’m Proud (J. Brown, 1968), Stand ! (Résiste !, Sly Stone, 1969).

De même, l’ambigüité quant à la personne – singulier ou pluriel – dans l’utilisation de l’impératif contribue à la création d’un esprit communautaire.

Mais surtout, la soul utilise la première personne du pluriel, mettant ainsi en avant l’idée de communauté :

We Are Rolling On (1968), 
We’re A Winner (1967), 
We got talent we can use (Nous avons des talents que nous pouvons utiliser, I Don’t Want Nobody To Give Me Nothing, J. Brown, 1969).

la music soul touche un public extrêmement important, tant par le canal des radios que par les performances scéniques, et c’est cette diffusion de masse qui donne son poids au message qu’elle véhicule. Si les textes de soul présentent ce que ressentent les noirs, ils les incitent également à penser autrement…….

À partir du début des années 1970, les références politiques sont affichées,

Apparaissent alors des formations comme les Last Poets, ou les Watts Prophets qui ne se destinent en aucune manière au divertissement. Leur but est de diffuser un discours politique, ce qui ne les empêche pas de remporter des succès commerciaux : le premier album des Last Poets s’est vendu à 300 000 exemplaires simplement par le bouche à oreille, atteignant ainsi la 40e place des charts américains. Leur poids dans le contexte politique n’est pas davantage à remettre en question, puisque le FBI place les Watts Prophets sur la Unamerican Activities Listpour 7 ans, restreignant ainsi leur sphère d’action, ceux-ci ne pouvant plus se produire en concert dans les universités.

La musique est désormais le médium privilégié de la communauté afro-américaine.

rebel-with-cause-Nina-Simone-2dp6wzd

Article tiré de https://journals.openedition.org/mots/9383

“La soul est avant tout la cuisine de l’âme,
une nourriture spirituelle (…).Une cuisine
dont les saveurs ont permis d’abolir
progressivement toutes les barrières
raciales pour les artistes noirs.”
Florent Mazzoleni, in “James Brown :
l’Amérique noire, la soul, le funk” (2005).

read more
Articles

Une femme pour Cocody?

kc

Encore une fois, les femmes sont les plus grandes absentes des joutes électorales dans notre pays. En effet, sur 684 listes jugées recevables par la Commission Électorale Indépendante, l’on dénote un nombre total de 22.391 candidats retenus, 18.226 candidats, hommes soit (81,4%) et 4.165 candidates, femmes soit (18,6%).
Au rang de ces femmes qui ont décidé de briser le plafond de verre, figure la seule et unique candidate de la Commune de Cocody, Madame Koné Colette. En lice face à 10 hommes elle se donne pour mission de réinventer la commune présidentielle qui semble avoir perdu son lustre d’antan entre constructions anarchiques, insalubrité, désordres, inondations et pollutions de toutes sortes. Cocody n’est plus cette destination qui fait pâlir d’envie ses consoeures.
Elle (la candidate) déroule un parcours social et politique qu’elle compte mettre à disposition de sa population.
koné
Son programme?
-décharger les “working” mamans avec des crèches municipales,
-penser au troisième age avec des projets en leur faveur.
-occuper sainement la jeunesse par des centres omnisports, mais aussi investir dans leur employabilité et leur éducation grace à une bibliothèque virtuelle et physique.
-un marché de gros qui fera pousser un ouf de soulagement à toutes les ménagères. Mais qui sans doute sera aussi un moyen de faire accroitre les revenus de la commune.
ne sont pas oubliés la sécurité; le transport, l’environnement…bref toutes les thématiques sur lesquelles repose un développement durable.
Elle nous rappelle une certaine Y.O qui a réussi un pari fou en 2016. D’ailleurs, elle a pour colistier (entre autres) l’honorable Malick Diabaté…
Auront nous donc une femme à Cocody? Ce serait un grand pas pour toutes ces femmes qui cherchent encore la voie d’accession aux postes de décisions.
Le 13 octobre sonnera peut-être le glas d’une épopée masculine… sait-on jamais!

read more
Articles

Lionesses of Africa: Plus loin ensemble!!!

black_lioness-568×852



La première édition de la conférence Lioness lean In en Côte d’Ivoire, s’est tenue à Abidjan ce jeudi 13 septembre 2018 à l’Hôtel Tiama au Plateau. Lioness Lean In est née de l’initiative de lionesses of Africa, la plus grande communauté de femmes entrepreneures de l’Afrique. Regroupant plus d’un million de femmes connectées entre elles dans un puissant réseau, Lionesses of Africa est une plateforme qui vise l’éclosion de l’entreprenariat féminin au niveau régional. L’on doit cette révolution à Melanie Hawken la fondatrice et Directrice exécutive des lionnes d’Afrique. Entrepreneure sociale, elle « croit passionnément qu’il est temps de fournir le soutien, les outils, et l’inspiration nécessaire pour que la prochaine génération d’entreprises dirigées par des femmes en Afrique puisse fleurir et accroitre leurs potentiels »
Les évènements Lioness Lean In se déroulent dans toute l’Afrique et créent le pont entre les femmes entrepreuneures de tous horizons afin qu’elles puissent partager leurs expériences et s’en inspirer.
Dans notre pays, le Lioness Lean In a mis en relation plus de 100 femmes. Cela fut possible notamment grâce au partenariat tissé entre le réseau et le Royaume des Pays-Bas que l’on sait très attaché aux valeurs progressistes et de liberté.
D’ailleurs l’Ambassadeur du Royaume des Pays-Bas présent pour la circonstance a affirmé que l’égalité des sexes était pour son pays une obligation morale qui contribuera assurément au développement durable. Pour son excellence Monsieur Robert Van Den Dool, les femmes sont les nouveaux leviers de la croissance économique. De ce fait, elles devraient profiter pleinement des fruits de la mondialisation. Ça été aussi le lieu pour lui de présenter le Orange Corner, une initiative des Pays-Bas qui aide à la promotion et à l’érection de l’entreprenariat sur le continent.
Au nombre des panélistes figuraient trois entrepreneures qui font bouger les lignes en Côte d’Ivoire. L’on pourra citer Amie Kouamé, l’une des têtes de proue du digital ivoirien et fondatrice du webzine Ayana ; Carol Hien fondatrice des produits naturels Carol’s plusieurs fois primés pour leur qualité ; et Bénédicte Mendy meilleure bartender de Côte d’Ivoire. Trois femmes, trois success stories, trois domaines d’activité qui ont inspiré tant par leur originalité que par les épreuves surmontées.
Le traditionnel networking propre aux grandes rencontres a clôturé cette rencontre qui on l’espère ne sera pas la dernière dans notre capitale

read more
Articles

L'esclavage tout près de nous

Nous-devons-tous-dénoncer-et-lutter-contre-toutes-les-formes-de-maltraitance-des-enfants-au-Faso

De ses yeux hagards, la charge d’eau à ses pieds, elle nous observait hésitant à nous interpeller. Son aspect miteux et ses cheveux hirsutes en disaient long sur sa condition.
-Qu’est ce tu veux? nous lui demandâmes
-“Tantie pardon aidez moi à charger mon eau” dit elle tout bas.
Lorsque mon amie se leva pour s’exécuter, elle ne put s’empêcher outrée qu’elle était de lui poser certaines questions.
-Pourquoi est ce que c’est toi qu’on envoie transporter quelque chose de si lourd? Ce bidon contient jusqu’à 10 litres d’eau tu risques d’altérer ta croissance. D’ailleurs quel âge as tu?
-Tantie j’ai 8 ans, je travaille… répondit elle vraiment gênée.
……….
Elle avait 8 ans, n’était jamais allée à l’école et travaillait comme aide de maison ou de commerce.
Le monde a tremblé d’effroi devant les images de l’esclavage en Lybie mais ne s’offusque guère du sort des enfants comme cette fillette tout près d’eux. Et pourtant on a très souvent cette fillette du village bonne à tout faire de qui on ne se soucie pas vraiment et qui reste à maison quand nos enfants à nous vont à l’école.

Beaucoup d’enfants comme elle étaient donnés presque vendus à des ménages pour “travailler”.
Essentiellement de Sexe féminin, on les retrouve partout dans les marchés, dans les maisons, dans les resraurants…. Que deviendront ces enfants privés de la lumière de l’école? Des migrants, des voyous, des prostitués? Des marginaux qui la plupart seront pointés du doigt par la société et la famille qui pourtant n’a pas pu jouer son rôle.
La Côte d’Ivoire connait un taux d”analphabétisme de près de 49% c’est énorme. Comment pourrait on profiter du dividende démographique si le simple accès à l’éducation n’est pas garanti?
C’est le moment aussi de se pencher sur la question du taux de natalité. L’Afrique de l’ouest pourra t-elle faire face au défi humain en 2040 avec un taux avoisinant les 7 enfants par femmes? Un pays comme la Côte d’ivoire devrait en 2040 compter 40 voire 60 millions d’habitants sinon plus. Le dividende démographique serait-il réellement pour nous un avantage?
Quoiqu’il en soit, la place d’un enfant est à l’école. Mettons fin au travail et à l’exploitation des enfants. Quand nous disons non à l’esclavage en Lybie, disons non à celui près de chez nous, pratiqué par nous…

read more
Articles

Comment j'ai vaincu cette maladie

61iSij1KGQL._SX425_

Icône du monde de la presse et de la lutte contre le cancer en général et celui du sein en particulier, Agnès Kraidi est un exemple de bravoure. Elle était l’invitée de la 4ème Reunion statutaire 2017/2018 du ROTARACT ABIDJAN GOLF du vendredi 13 octobre 2017. Et s’est prononcée sur le thème <<Comment j’ai vaincu cette maladie>>. Avant tout propos, la marraine a fait l’etat de lieux du cance du sein en Côte d’Ivoire. C’est chez nous dit elle la première cause de mortalité chez la femme en Côte d’Ivoire. Les chiffres officiels nous donnent 2500 à 3000 victimes chaque années. Pour ne citer que celles qui sont dépistées. C’est un mal chronique qui n’a pas de causes précises, l’on parle de facteurs à risque ces facteurs sont les productions hormonales, les règles précoces ou tardives, les grossesses tardives, le manque de sport, la prise de pillule, le stress, la vie de compétition…. A la question de savoir ce qui lui a valu sa victoire contre ce mal. Elle nous parle d’abord de sa victoire mentale et psychologique. En effet entre flancher ou résister, elle a choisi de résister. Et s’est de ce fait entourée de gens forts qui lui on permis de lutter. Sa deuxième victoire fut obtenue grace au partage de son vecu, à son témoignage. Car dit elle elle a appris à parler , à dédramatiser. Enfin arrive la vie pendant la maladie. Ne pas perdre son temps et le consacrer aux choses essentielles, à celles qui en valent vraiment la peine, la famille, les moments précieux. Il faut s’éloigner du stress du système social Adopter une vie de qualité par la pratique du sport et le contrôle de son alimentation. Le coût du traitement du cancer du sein en Côte d’Ivoire est élevé (2 à 24 millions fcfa). Sa prise en charge médicale est difficile car il ya à peine 15 cancérologues tous localisés à Abidjan ce qui rend inaccessible les soins pour les femmes à l’intérieur du pays. Il n’existe cependant pas de centres nationaux de radiothérapie. L’idéal reste la prévention par la sensibilisation. Il faut promouvoir les gestes de l’autopalpation très jeune comme en France. Car le cancer du sein sévit dans une population de plus en plus jeune à partir de 20 ans. La lueur d’espoir est le traitement ciblé (gratuit) annoncé par le gouvernement. Agnès Kraidi est la fondatrice d‘Agir contre les Cancers, une fondation oeuvrant dans la mobilisation des ressources, la production d’études de livres afin de soulager les malades. #octobrerose #sensibilisation

read more
Articles

On ne naît pas femme, on le devient… ou pas

Simone de Beauvoir

Sur le vêtement d’un petit garçon on verra fort, courageux, champion…
Sur celui d’une petite fille belle, mignonne, adorable…
Les hommes ont des valeurs
Les femmes n’ont à offrir que leur physique.
Les publicités sont mysogines
On y voit l’homme aller au travail
La femme être celle qui tient la maison.
Heureuse de ce nouveau savon. Fier de son detergeant…
Sa seule recompense est de voir sa petite maison très belle.
Pourtant le petit personnel des supermachés est composé des femmes. La classe dirigeante d’hommes.
A un petit garçon on apprendra à se battre
A une petite fille on lui offrira la protection.
Les contes qui ont bercé notre enfance ont vu les preux chevaliers venir au secours de la belle et douce princesse.
Et on dira la femme est plus emotionnelle que l’homme.
La société a rendu la femme ainsi.
Son éducation aussi, ses programmes télé.
Et au fil des generations on perpetue ces erreurs.
L’homme et la femme ne sont certes pas egaux d’un point de vue physique…
Mais l’on a contribué a élargi cette différence.
<<On naît homme ou femme, c’est un fait génétique, mais le rôle social de l’homme et celui de la femme sont appris. Ils ont un acquis culturel propre à chaque société. C’est à partir de là précisément que s’est développée une mythologie de masculinité et de feminité>>. Selon les dires de Hernan SAN MARTIN.
#feministe ; #émancipation

read more
Articles

Maman, je suis enceinte…

woman-1958723__340

woman-1958723__340-“Maman je suis enceinte”, je suis tellement désolée avait elle dit inaudible, en sanglots.
Cette phrase avait sonné le glas dans mon cœur, j’étais attristée, effondrée. Qu’est-ce que j’avais manqué dans son éducation? Oh oui j’ai été une mauvaise mère la pire de toutes. Je regardais ma petite fille, celle que j’aimais tant. Comment avait-elle osé me décevoir de la sorte? Contradictoirement, je voulais la prendre dans mes bras, lui dire que tout allait bien se passer, que j’étais la pour elle…ma petite princesse.
Je ne veux plus te voir plus jamais comment tu as pu? lui ais-je lancé au visage.
Je n’acceptais pas l’humiliation que je vivais, cette plaie qu’elle avait ouvert était trop béante pour l’heure.
Ma fille, l’unique, était tellement brillante. Je la voyais déjà au sommet, une grande avocate! Elle était ma fierté.
Je l’avais eu d’un homme qui m’avait abandonnée lâchement. Elle avait été ma force, ma raison de vivre. sa réussite était la raison pour laquelle je me levais chaque jour et travaillais dur. Je lui avais pourtant dit de faire attention aux garçons, qu’ils allaient lui ruiner sa vie. Et qu’une grossesse mettrait fin à ses rêves et aux miens.
Elle s’en alla la tête basse. Le sanglot étouffé.
Plusieurs jours passèrent, mais pas ma colère. Nalia elle ne me parlait plus et rasait les murs en ma présence. Pour moi elle n’existait plus de toute façon.
Un jour que je rentrais à la maison je la trouvais étendue, inerte au salon une lettre à la main. A coté d’elle, dans son sac un tas de comprimés. Mon cœur s’arrêta de battre.
Maman je suis tombée amoureuse de lui, il m’a trouvée jolie, il m’écoutait quand toi tu me fermais ton cœur. Il me faisait rire à chaque fois que tu me rendais triste. Il comprenait que je voulais être une artiste et pas une avocate. Je me voyais telle que je suis dans ses yeux. Maman tu m’as dit que l’amour détruit, mais pour moi cela était un refuge. Tu m’as dit que ça me ferait du mal mais pourquoi est-ce que j’étais si heureuse? Je me suis offerte à lui un jour que tu venais de me dire que j’étais la responsable de ton échec. Plus je prenais plaisir à cela moins tes pics m’atteignaient. Puis je découvris ce petit être en moi. Je l’aimais déjà. Je comptais le protéger de toi, de ta haine. Son papa lui n’en voulait pas en entendre parler. Ironie du sort!!! Tu avais raison maman! Comme toujours!
Il avait abandonné son enfant, comme ce père inconnu l’avait fait avec moi. Mon bébé et moi partagions la même histoire. maman j’ai décidé de lui offrir le meilleur, de rompre la haine, de le protéger, de l’aimer. Si ce n’est ici ce serait ailleurs ….. ADIEU
Nalia était morte, s’était suicidée…
Non, je l’avais tuée plutôt . Son joli visage respirait la paix. Comment pourrais je vivre sans elle?
Il lui restait de son poison, j’en avalais, lui prit la main la posais sur le coeur…
téléchargement
et m’étendis à ses cotés attendant de la rejoindre pour lui dire tout haut que je l’aime … pour la première fois.

read more